Les cours du pétrole terminent en forte baisse

Aubin Brasseur
Ноября 27, 2016

L'Opep souhaite également que les producteurs extérieurs à l'organisation, à commencer par la Russie, réduisent leur production.

Mais voilà, des dissensions internes à l'Opep menacent désormais le sommet de Vienne du 30 novembre, alors que l'organisation devait justement entériner l'accord. Les deux ministres avaient affiché leur optimisme quant à la perspective de trouver un accord juste, équilibré et équitable lors de la prochaine réunion de l'Opep, prévue à Vienne, qui viendra concrétiser l'Accord d'Alger.

Il faut rappeler, à ce propos, qu'une première réunion du comité technique de haut niveau, tenue le mois dernier, n'a pas permis de parvenir à un accord sur les modalités de réduction de la production.

"Il y a une lettre officielle (de l'Arabie saoudite) qui explique qu'elle ne participera pas à la réunion parce que les ministres doivent se mettre d'accord sur une réduction (de la production) et ensuite présenter l'accord aux pays non-Opep", a dit une source.

Le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak, a indiqué jeudi qu'un gel de la production au niveau actuel reviendrait à "une baisse de 200 à 300.000 barils par jour par rapport à la croissance prévue". L'accord historique d'Alger, qui a couronné la réunion extraordinaire de l'Opep le 28 septembre dernier, prévoit de réduire la production Opep à un niveau oscillant entre 32,5 et 33 millions de barils par jour.

Читайте также: Lopez et Dulin titulaires face aux All Blacks, officiel — XV de France

Le comité d'experts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a opté pour la proposition algérienne pour être soumise à la conférence ministérielle de cette organisation, qui se tiendra le 30 novembre en cours à Vienne, a déclaré, hier, le ministre de l'Énergie, Noureddine Boutarfa, dans un entretien accordé à l'APS.

"Nous espérons que cette prochaine réunion sauvera le marché pétrolier de la crise actuelle", a-t-il dit, ajoutant que si un accord était trouvé à Vienne le prix du baril pourrait remonter à 60 dollars d'ici la fin de l'année contre moins de 50 actuellement, selon Shana.

D'ailleurs, selon le ministre, l'Algérie "mène de nombreuses consultations avec les pays membres et non membres de l'Opep afin de faire converger les points de vue et d'arriver à un accord susceptible de stabiliser durablement les marchés pétroliers". Lors de sa dernière réunion, le comité d'experts a éprouvé quelques difficultés avec les représentants de l'Irak et de l'Iran, ainsi que ceux de l'Indonésie, qui avaient exprimé des réserves sur leur contribution à cet effort de limitation de l'offre.

L'objectif de la proposition algérienne est d' amener.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2017 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Autres rapports

Discuter de cet article