" Les rebelles tirent sur les habitants " — Alep-Est

Vanessa Beaulieu
Décembre 14, 2016

La Russie, alliée clé du régime de Bachar al-Assad, a annoncé jeudi soir un arrêt des raids aériens et des tirs d'artillerie de l'armée syrienne sur les quartiers rebelles d'Alep, une mesure censée assurer l'évacuation de milliers de civils pris au piège des violences. Ils "continueront tant que les bandits seront à Alep " a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Des groupes armés de l'opposition syrienne empêchaient hier des civils de quitter Alep-Est, allant même jusqu'à tirer sur les habitants qui fuient les combats, a déclaré un porte-parole de l'Onu.

A Moscou, le ministère de la Défense a affirmé que "10.724 personnes, dont 4.015 enfants, ont quitté ces dernières 24 heures les quartiers encore contrôlés par les rebelles".

Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, l'annonce russe d'un arrêt des opérations de combat était "purement médiatique". Malgré l'exode de dizaines de milliers de civils devant l'avancée fulgurante progouvernementale, un grand nombre reste prisonniers des rebelles.

Le patron de l'ONU Ban Ki-moon, jugeant "déchirante" la situation des civils à Alep, a lui aussi appelé à un cessez-le-feu.

Selon le porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, Rupert Colville, "certains civils qui tentent de s'enfuir sont apparemment bloqués par des groupes armés de l'opposition, notamment le front Fateh al-Cham", ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

L'agence onusienne des droits de la personne s'est dite grandement inquiète de la disparition possible de centaines d'hommes sortis de l'est d'Alep pour rejoindre les zones gouvernementales.

Alexandre Allard: l'enfance et la petite enfance
La société a fusionné avec Babyloan pour devenir la plus grande communauté dans le domaine du financement participatif en France. Alexandre Allard veut alors faire de cet endroit, un espace de rencontre et de découverte pour les artistes contemporains.

Syrie: l'armée contrôle désormais 90% d'Alep-Est
D'un côté, Assad, appuyé militairement par la Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais, enregistre des succès face aux rebelles. Le Daech est entré dans la ville, samedi, neuf mois après en avoir été expulsé par les forces syriennes et russes.

Fin des combats et évacuations imminentes à Alep-Est — Guerre en Syrie
Pour lui, le président Bachar al-Assad a besoin de cette victoire car "sans Alep , il était un demi-président". Elle précise détenir près de 98% de la ville, relate le Daily Mail .

Les Casques Blancs, les secouristes opérant dans les secteurs rebelles à Alep-Est, ont lancé un appel désespéré aux organisations internationales pour qu'elles les protègent en leur assurant un passage sûr. "Si nos volontaires ne sont pas évacués, ils risquent la torture ou l'exécution dans les centres de détention du régime".

Après une légère baisse jeudi soir, "les violents tirs d'artillerie ont repris vendredi sur plusieurs quartiers assiégés (d'Alep-Est) et de violents combats se déroulaient, notamment à Boustane al-Qasr", un des derniers quartiers importants encore aux mains des insurgés, a-t-il précisé.

Pour les observateurs, la chute d'Alep semble inéluctable et les rebelles sont sur le point de perdre leur plus important bastion en Syrie.

Les prorégime ont également repris de nouveaux quartiers proches de ce secteur et selon un correspondant de l'AFP, les dernières zones encore aux mains des rebelles sont soumises à d'intenses bombardements. Une telle perte constituerait un tournant dans cette guerre qui a fait depuis mars 2011 plus de 300.000 morts et poussé à la fuite plus de la moitié de la population syrienne.

Le secrétaire d'État américain John Kerry, qui participe à la réunion de Paris, a annoncé vendredi qu'une rencontre entre experts russes et américains se tiendrait ce samedi à Genève pour tenter une nouvelle fois de parvenir à un cessez-le-feu, de faire face à l'urgence humanitaire et de négocier le départ des combattants d'Alep. Cependant les tractations diplomatiques se poursuivent malgré l'impuissance de la communauté internationale à peser sur la situation.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté vendredi à une large majorité une résolution qui demande la fin du carnage en Syrie avec un cessez-le-feu immédiat et la livraison d'urgence d'aide humanitaire. 92 civils, dont 34 enfants, l'ont été dans Alep-Ouest.

Depuis le début de l'offensive à Alep, près de 410 civils, dont 45 enfants, ont été tués dans les quartiers rebelles d'Alep, selon l'OSDH.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL