Primaire à gauche : un premier tour très ouvert

Leopold Bellegarde
Janvier 20, 2017

"La question de la parité femmes-hommes et de l'égalité salariale a donné lieu à de nombreuses déclarations d'intention très nobles, mais il en ressortait qu'un seul des candidats, François de Rugy, a une directrice de campagne (la députée écologiste Véronique Massonneau) et a pris un congé de paternité". Et en échangeant aussi quelques sourires. De Manuel Valls, qui porte la ceinture de l'ancien premier ministre, à Arnaud Montebourg, le poids lourd du Made in France, en passant par les challengers Benoît Hamon et Vincent Peillon, qui a su tirer son épingle du jeu sur le ring cathodique? "Attention de ne pas laisser passer les déficits" dit Manuel Valls".

Sylvia Pinel perd le fil de son raisonnement coupée par Jean-Luc Bennahmias. Les Décodeurs du Monde ont en effet relevé cette semaine que Benoît Hamon avait fait retirer de son site de campagne le fait que cette allocation serait versée à tous les plus de 18 ans et qu'elle atteindrait à terme de 750 euros avant de réintroduire sa proposition originelle rappelle Le Lab d'Europe 1. Lors du premier round, il s'était retrouvé dans la position inconfortable du seul contre tous: sur la loi travail, sur la déchéance de nationalité, la question migratoire, ou encore le bilan de François Hollande...

C'est Jean-Luc Bennahmias qui a volé au secours d'Hamon, d'un soudain "Benoît, te décourage pas!" Pour lui, il faut en revoir l'organisation, "nous n'arriverons plus à avancer à 27", a-t-il déclaré. Sa victime préférée: Manuel Valls. Lors du précédent débat, François de Rugy et Benoît Hamon s'étaient plaints d'une climatisation trop forte et donc d'une température trop fraîche.

Vincent Peillon a lui proposé de créer un "service public des maisons de retraite", Arnaud Montebourg de faire de la lutte contre les discriminations une cause nationale, et Sylvia Pinel a appelé à faire plus d'efforts pour les personnes en situation de handicap, et pour leurs aidants.

Cyril Hanouna explique pourquoi il ne parle plus à Arthur
Comme nous le vous disions ICI hier, Arthur a dévoilé sur Twitter des échanges privés qu'il a eu avec Gilles Verdez. Les téléspectateurs de C8 le savent, Cyril Hanouna et Arthur ne sont pas restés en très bons termes.

Atletico : Simeone ne retient pas Griezmann
Simeone n'a pas commenté ces spéculations et il s'est contenté de dire qu'il n'était pas du genre à bloquer le départ d'un de ses joueurs.

Québec hausse à 11,25 $ le salaire horaire minimum, le relevant de 0,50 $
Le salaire minimum augmentera de 0,50$ et passera le 1er mai à 11,25$ de l'heure. Le salaire minimum est actuellement de 10,75 $.

Presque inconnu de la presse étrangère il y a peu, Benoît Hamon est à présent perçu comme l'un des grands favoris de la primaire à gauche par les médias internationaux. Arnaud Montebourg rejoint Manuel Valls et Vincent Peillon dans la critique.

Enfin Manuel Valls a repris l'argument du candidat des médias.

Candidat sur le tard, Vincent Peillon n'a eu que quelques jours pour peaufiner son programme.

Toujours pour le premier tour, Benoit Hamon continue sur sa lancée. Particulièrement au moment d'aborder la concurrence que représente la candidature d'Emmanuel Macron. Il devance de très loin Arnaud Montebourg (30%) et Benoît Hamon (24%). "Je rencontre des Français et des Français qui me disent qu'ils hésitent et qu'ils peuvent être tentés par la candidature d'Emmanuel Macron car il y a un besoin de renouveau", a-t-il également fait remarquer. Ce dernier a estimé que son "objectif politique après la primaire c'est qu'il y ait un rassemblement pour éviter un deuxième tour entre François Fillon et Marine Le Pen ", laissant entendre comme possible un ralliement entre les deux tours. Par ailleurs, l'enquête évalue la participation entre 1,9 million et 2,6 millions de votants, soit une fourchette comprise entre 4% et 6% du corps électoral.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL