Donald Trump refuse de serrer la main d'Angela Merkel — L'image du jour

Vanessa Beaulieu
Mars 18, 2017

Lutte contre le terrorisme, OTAN et liens commerciaux ont été au cœur des discussions.

" Je la respecte, je l'aime bien, mais je ne la connais pas", déclarait Donald Trump à la mi-janvier.

Angela Merkel rencontre le candidat de En marche!

Le ton de la chancelière, qui incarne le leadership européen dans un contexte de montée des populismes et prône le multilatéralisme, était particulièrement observé.

Cette dernière a gardé sa contenance malgré la maladresse diplomatique de son hôte. Jeudi, Sean Spicer, le porte-parole de la Maison-Blanche, a suggéré que Barack Obama avait utilisé les services secrets britanniques pour faire espionner Donald Trump.

A la tête de la première économie européenne, Angela Merkel, habillée en bleu canard, a pour sa part déclaré que l'Allemagne augmenterait encore ses dépenses pour l'OTAN.

Les tensions se sont aussi confirmées sur le plan commercial. Le regard de la chancelière vaut son pesant.

Une énorme secousse à City après la défaite à Monaco — Mercato
Une rencontre pourrait être programmée avec ses représentants dans les semaines à venir. On représente la France du foot.

Onze candidats à l'élection présidentielle
Au début du mois, tous les élus ont reçu les fameux formulaires de parrainages des candidats à l'élection présidentielle. La publication des noms est une mesure "inique, voire scélérate", dénonçait Jacques Cheminade le 17 mars.

Encore facile pour Manchester United — Ligue Europa
A Istanbul, la Vodafone Arena chauffée à blanc accueillait les acteurs de Besiktas - Olympiakos Le Pirée . Dans le même temps, Genk a sorti son voisin de La Gantoise après un match nul (1-1).

Le président américain s'est voulu plutôt rassurant sur ce point, tout en qualifiant l'Accord de libre-échange nord-américain avec le Mexique et le Canada de "désastre".

La dirigeante allemande a elle dit "espérer" la reprise des négociations commerciales entre l'UE et les Etats-Unis. Donald Trump avait déclenché un tollé le 4 mars en accusant sur Twitter l'ex-président Barack Obama d'avoir ordonné la mise sur écoute de ses lignes téléphoniques, sans fournir de détail, ni aucune preuve à l'appui de cette allégation.

"C'est quelque chose dont je suis profondément convaincue", a-t-elle insisté à l'attention du président républicain qui a, au cours des mois écoulés, loué le "merveilleux" Brexit ou encore prédit tout sourire que d'autres pays allaient quitter l'Union prochainement.

"La sécurité de nos citoyens doit toujours passer en premier". Ce à quoi Angela Merkel a timidement ajouté que les réfugiés devaient être pris en considération. Au même moment, un responsable gouvernemental allemand a déclaré que la chancelière se rendait à Washington avec "l'esprit ouvert" [BFM TV].

Le commerce international sera au coeur d'une réunion des ministres des Finances du G20, qui se déroule vendredi et samedi à Baden-Baden, en Allemagne. Angela Merkel compte faire du climat un des thèmes centraux du sommet.

"Je ne crois pas que ce premier sommet entre les Etats-Unis et l'Allemagne de la présidence de Donald Trump débouchera sur quelque chose de concret", analyse Joyce Mushaben, professeure de sciences politiques à l'Université du Missouri et auteure d'un ouvrage récent sur Angela Merkel.

Angela Merkel veut aussi s'assurer que Donald Trump ne mettra pas en pratique ses menaces protectionnistes. La chancelière allemande, pas vraiment.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL