Donald Trump et Angela Merkel : une rencontre glaciale

Vanessa Beaulieu
Mars 19, 2017

L'austère chancelière allemande Angela Merkel et le tonitruant président américain Donald Trump se sont rencontrés pour la première fois, vendredi 17 mars, à la Maison Blanche, à Washington. Un de ces moments où le langage corporel peut éclipser les meilleurs discours. La plaisanterie de Donald Trump a fait rire les journalistes, mais la chancelière allemande est restée de marbre. Le rendez-vous, initialement prévu mardi, avait été repoussé en raison de l'arrivée d'une tempête de neige sur le nord-est des Etats-Unis. La chancelière se redresse alors sur son fauteuil et la presse est amenée à quitter le bureau ovale.

Sur ce point, Donald Trump vendredi a tenu à souligner qu'il ne croyait pas au protectionnisme. Aucun sourire sur le visage de Donald Trump, qui a même refusé semble-t-il de lui serrer la main.

Malgré leurs très nombreuses différences, les deux dirigeants ont tenté de réaffirmer que le dialogue entre les deux pays était ouvert.

Leurs divergences de fond portent notamment sur le protectionnisme (qu'Angela Merkel rejette) et le libre-échange: "Je ne suis pas un isolationniste, je suis un partisan du libre-échange mais aussi d'un échange équitable (...) car notre libre-échange a conduit à beaucoup de mauvaises choses", a déclaré Trump.

Le président républicain a dit ne pas chercher la victoire mais l'équité.

Alexandre Allard: l'enfance et la petite enfance
La société a fusionné avec Babyloan pour devenir la plus grande communauté dans le domaine du financement participatif en France. Alexandre Allard veut alors faire de cet endroit, un espace de rencontre et de découverte pour les artistes contemporains.

Christian Estrosi attaque un élu FN, "héritier de Goebbels"
Mais ce vendredi 17 mars, le ton est monté d'un cran supplémentaire entre Christian Estrosi et ses adversaires du Front national. Philippe Vardon a annoncé sur Twitter qu'il porterait plainte après les propos de Christian Estrosi.

Des inondations ont déjà tué 62 personnes au Pérou
Un phénomène climatique connu sous le nom de 'El Niño côtier' qui pourrait perdurer encore quelques semaines. Ces inondations qui ont lieu depuis la fin du mois de janvier ont provoqué la mort de plusieurs personnes.

Cet homme et cette femme au parcours ont un style et des choix politiques radicalement différents. Mais leur rencontre a été très tendue.

Mais les déclarations tonitruantes, parfois contradictoires, du président américain au cours des semaines écoulées promettaient une coloration particulière à ce premier tête-à-tête.

Donald Trump s'en est pris avec virulence à l'Europe, en louant le "merveilleux Brexit" ou prédisant que d'autres pays quitteraient l'Union.

Sur le thème de l'immigration en revanche, M. Trump - qui a vivement critiqué pendant sa campagne la politique d'accueil des réfugiés par l'Allemagne -, a enfoncé le clou en estimant que l'immigration est "un privilège, pas un droit".

Elle devait par ailleurs s'efforcer d'obtenir de son hôte des garanties sur le respect par Washington des engagements en matière de lutte contre le changement climatique. Angela Merkel y avait répété son engagement que l'Allemagne allait monter à 2% de son PIB la part de dépenses militaires d'ici 2024.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL