Les forces irakiennes reprennent le siège du gouvernement provincial — Mossoul

Vanessa Beaulieu
Mars 19, 2017

Cette partie de la deuxième ville d'Irak abrite la grande mosquée Al Nouri où le leader de l'organisation de l'EI, Abou Bakr al Baghdadi, a proclamé le califat en 2014.

Début novembre, soit une quinzaine de jours après le début de la bataille de Mossoul, Abou Bakr al-Baghdadi avait, dans un message audio diffusé sur les réseaux sociaux, exhorté ses troupes à se battre farouchement à Mossoul, argumentant que "tenir ses positions dans l'honneur est mille fois plus aisé que de se replier dans la honte".

Al-Baghdadi "n'exerce probablement aucune influence tactique sur la manière dont la bataille est menée" contre les forces irakiennes à Mossoul, mais "a probablement donné de grandes orientations stratégiques" à ses chefs militaires restés sur place, ajoute le responsable américain.

Dans la partie occidentale de la ville, les forces du contre-terrorisme (CTS) ont ainsi repris les quartiers d'Al-Amil al-Oula et d'Al-Amil al-Thaniyah, selon le Commandement conjoint des opérations, qui coordonne la lutte contre l'EI dans le pays. La situation en Syrie et en Irak a été au centre d'une réunion mardi des chefs d'état-major turc, américain et russe dans le sud de la Turquie.

Selon le renseignement américain, les dirigeants de l'EI ont commencé à quitter Raqa vers des endroits plus sûrs, plus en aval dans la vallée de l'Euphrate.

"Les forces irakiennes sont désormais aux portes de la vieille ville, un quartier densément construit et peuplé où les combats s'annoncent ardus". Les djihadistes en compteraient ainsi "2500 dans l'ouest de Mossoul et la ville voisine de Tal Afar" en Irak, "un millier" dans la poche de Hawija, en Irak également et "3 à 4000" à Raqa en Syrie, selon le responsable.

Où croiser Kate et William ce week-end à Paris ?
Si ce voyage en France a tout l'air d'une offensive de charme à l'aube du Brexit , il a aussi lieu sous le signe de l'émotion. Comme le veut le protocole, deux "cavaliers de la Garde républicaine à pied" leur ont rendu les honneurs militaires.

Aucune preuve sur d'éventuelles écoutes à la Trump Tower — États-Unis
Donald Trump a lâché une bombe, le 4 mars dernier, en accusant son prédécesseur d'avoir mis ses lignes téléphoniques sur écoute. Il avait ensuite fait référence à un article du New York Times et " d'autres choses " qu'il avait lues évoquant des écoutes.

Le Pen toujours devant Macron au premier tour
L'occasion pour lui de creuser l'écart en vue du second tour ou de relancer au contraire sa confrontation avec François Fillon . Décidément, la mauvaise passe entamée par François Fillon fin janvier ne se referme pas.

Les troupes " traquent les snipers " et " ratissent les quartiers reconquis pour désamorcer " les bombes laissées par les terroristes dans les rues, les maisons ou les commerces, a indiqué à l'AFP le colonel Abdel Amir al-Mohammedawi, des Forces d'action rapide.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie, qui a fait plus de 310 000 morts, est devenue très complexe avec l'implication de groupes jihadistes, de forces régionales et de puissances internationales, sur un territoire très morcelé.

Les organisations humanitaires craignent toujours que des centaines de milliers de personnes toujours présentes à Mossoul-Ouest manquent de nourriture et de soins.

C'est dans cette prison qu'en juin 2014 les djihadistes ont exécuté 600 détenus, principalement des chiites, les forçant à s'agenouiller près d'un ravin avant de les y pousser et de brûler leurs corps, selon Human Right Watch.

Une vidéo de l'EI diffusée le 26 février 2015 montrait des djihadistes détruisant à coup de masses des statues, frises et autres trésors pré-islamiques, dont certains provenaient des sites antiques de Nimroud et Hatra, proches de Mossoul.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL