Attaque d'Orly : l'assaillant a dit "Je suis là pour mourir par Allah"

Leopold Bellegarde
Mars 20, 2017

Vers 8h30, au premier étage du hall 1 du terminal d'Orly Sud, il aggresse une militaire d'une patrouille Sentinelle composée de soldats de l'armée de l'air et tente de s'emparer du fusil d'assaut qu'elle portait en bandoulière.

Ziyed Ben Belgacem, déjà condamné pour plusieurs vols avec violence, s'est attaqué à cette patrouille en lançant: "Posez vos armes, je suis là pour mourir par Allah". Trois personnes de son entourage sont en garde à vue: son père, son frère et un cousin âgé de 35 ans qui se sont tous trois présentés spontanément à la police.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a indiqué que les trois militaires vsiés samedi matin par un assaillant armé dans l'aéroport d'Orly (Ile-de-France) appartenaient aux base de Tours et de Saint-Dizier.

Photo d'un vidéosurveillance montrant l'homme abattu. La lutte dure un temps assez long, peut-être 30 secondes ou une minute.

Fillon se choisit un nouveau slogan: "Une volonté pour la France"
Selon le Figaro , le nouveau slogan sera donc " Une volonté pour la France ", façon de montrer que l'ancien Premier ministre n'a pas l'intention de reculer dans ses choix.

La performance de Benoît Hamon saluée (aussi) par ses adversaires
Le candidat de La France insoumise mise sur la confrontation projet contre projet pour engranger de nouveaux soutiens. Mais la tribune au vitriol de Manuel Valls dans le JDD vient saper ce bel ordonnancement.

La crise n'en finit pas de s'envenimer — Turquie et Europe
En revanche, Mevlut Cavusoglu, qui a atterri dimanche matin très tôt en France, va participer à 13h à un rassemblement politique à Metz.

En déplacement à Grenoble, François Hollande a affirmé que "ceux qui s'interrogeaient encore sur le rôle de l'opération Sentinelle doivent comprendre que ce renfort des militaires aux forces de sécurité est essentiel". "Il arrive à faire passer le Famas au-dessus de la tête de la militaire et il met la sangle dans son dos", a détaillé une de ces sources. Mais, selon des sources proches de l'enquête, il y est bien parvenu au cours d'un corps-à-corps. La militaire ayant été "mise à terre" par l'assaillant, ses deux collègues ouvrent "le feu pour la protéger" et "protéger tout le public", a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Et l'homme a été abattu.

L'homme abattu était connu des services de renseignement.

Les faits ont débuté peu avant 7h, à Garges-lès-Gonesse, une commune de la banlieue nord de Paris d'où il était originaire: lors d'un contrôle routier, l'homme a tiré au pistolet à grenailles sur des policiers, en blessant légèrement un à la tête.

Entreprise terroriste? Tout cela reste étonnant car tout a commencé ce samedi matin avec un contrôle de police: la voiture roulait à toute vitesse, les feux éteints et l'assaillant a sorti son arme et tiré sur un policier. Il aurait également proféré des menaces dans un bar à l'encontre des clients avant de reprendre sa route vers l'aéroport d'Orly.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL