Attaque à Orly : Ziyed Ben Belgacem, un délinquant multirécidiviste de 39 ans

Vanessa Beaulieu
Mars 20, 2017

Les gardes à vue du père, d'un frère et d'un cousin de l'agresseur, qui s'étaient tous présentés d'eux-mêmes samedi au commissariat, ont été levées dès samedi soir pour le premier, et dimanche soir pour les deux autres.

Le père de l'assaillant, placé en garde à vue puis relâché exclut clairement la thèse terroriste dans une interview à nos confrères d'Europe 1.

Les enquêteurs cherchaient dimanche à établir les motivations de Ziyed Ben Belgacem, un Français présumé radicalisé ayant agressé des militaires la veille à l'aéroport de Paris-Orly, provoquant la panique et l'interruption du trafic aérien.

"Mon fils n'a jamais été un terroriste", a affirmé le père de Ziyed Ben Belgacem.

L'autopsie de l'assaillant, réalisée dimanche, doit déterminer s'il était sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants au moment des faits.

Orly: l'assaillant était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants
Ils ont "ouvert le feu pour la protéger" et "protéger tout le public", a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Près de 3.000 personnes ont été évacuées du terminal Sud d'Orly ou confinées dans le terminal Ouest voisin.

Attaque d'Orly : trois personnes en garde à vue
Il avait fait aussi l'objet d'une perquisition administrative en 2015 qui, elle non plus, n'avait rien donné . Ce statut exceptionnel facilite notamment les perquisitions et les assignations à résidence.

" "L'Allemagne " doit d'énormes sommes d'argent " à l'OTAN, dit Trump
Dans son premier tweet, le président américain a commencé par qualifier d'"excellente" sa rencontre avec la chancelière allemande, la veille, à Washington.

La nature des cibles visées et le profil de l'assaillant, surtout connu pour des délits de droit commun - son casier judiciaire comportait neuf mentions, principalement pour des violences et du trafic - mais repéré pour "radicalisation" lors d'un séjour en prison, ont conduit la section antiterroriste du parquet de Paris à se saisir de l'enquête, confiée notamment à la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). L'homme de 39 ans est un délinquant multirécidiviste qui avait fait de la prison.

Une nouvelle perquisition a été effectuée samedi, après son équipée de Garges-lès-Gonesse à Orly, à son domicile, où ont été découverts quelques grammes de cocaïne, une machette et des devises étrangères.

L'homme réapparaît ensuite à une trentaine de kilomètres de là, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) dans la banlieue sud, où il vole une voiture, avant de gagner l'aéroport d'Orly-Sud. Selon une source proche de l'enquête, une perquisition a été menée au domicile de ses parents sans apporter d'éléments intéressants. Le frère et le cousin de Ziyed Ben Belgacem sont encore auditionnés. Pour lui c'est le mal être de son fils et sa consommation de drogue et d'alcool qui l'ont conduit à la double agression de samedi, au Nord de Paris contre des policiers, puis à l'aéroport contre les trois militaires de l'Opération Sentinelle. Samedi 18 mars, un peu avant 7 heures, il avait en effet été contrôlé à un barrage, avant d'ouvrir le feu sur les policiers qui ont tiré en riposte. Il me dit:"Voilà papa, je te demande pardon, j'ai fait une connerie avec un gendarme".

D'après le site lefigaro.fr, "il a été incarcéré de mars à novembre 2016". Il faisait l'objet d'une interdiction de quitter le territoire. Il n'était donc pas suivi par les services de renseignement. Selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP, aucun contact avec un membre de la mouvance djihadiste n'a été relevé à ce stade des investigations.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL