Collusion avec la Russie: Trump dénonce de "fausses informations"

Vanessa Beaulieu
Mars 20, 2017

Pour Devin Nunes, "il n'y a pas la moindre preuve" qu'il y ait eu collusion entre l'équipe Trump et Moscou.

Le président américain Donald Trump affirme depuis plusieurs semaines que son prédécesseur l'a espionné, même si les services de renseignement ont démenti ces allégations. Ces deux dossiers enveniment la vie politique américaine depuis des semaines.

Le renseignement américain avait publié, début janvier, un rapport indiquant que la Russie avait piraté les comptes de responsables démocrates et tenté, plus généralement, de peser sur le scrutin présidentiel pour avantager Donald Trump.

Invité dimanche soir sur Fox News, le républicain qui doit diriger l'audition de ce lundi devant la commission du renseignement, s'est voulu très clair.

Le président de la commission du renseignement a aussi indiqué qu'il n'existait aucune preuve de la mise sur écoute de la Trump Tower à la demande de Barack Obama.

A la veille de l'audition du directeur du FBI James Comey, devant la commission présidée par Devin Nunes, le parlementaire a ostensiblement cherché, à l'unisson avec d'autres élus, à réorienter le débat vers la question des fuites émanant du renseignement.

France/Attaque à Orly : l'assaillant était sous l'emprise d'alcool et de stupéfiants
Selon leurs déclarations, ils auraient reçu un appel téléphonique de Ziyed Ben Belgacem, qui aurait dit avoir fait "une bêtise" . Une enquête a été ouverte notamment pour tentative d'homicide et d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste.

Bouteflika fait une apparition à la télévision algérienne
En 2013, il avait été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) qui a affecté sa mobilité et son élocution. "Ce report est dû au fait que (.) M.

L'assaillant était sous l'emprise de l'alcool
Par ailleurs, son frère et son cousin, qui s'étaient d'eux-même présentés à la police samedi, ont été relâchés dimanche soir. Des cellules de crise ont été mises en place pour accueillir les voyageurs à Orly comme à Roissy-Charles-de-Gaulle.

"Il faut trouver l'auteur des fuites maintenant!", a-t-il tonné au cours d'une série de tweets matinaux dont il est coutumier.

Le conseiller pour la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn, avait été forcé de démissionner en février lorsque des informations des services de renseignement ont été livrées aux médias au sujet de conversations avec l'ambassadeur de Russie à Washington.

Aux Etats-Unis, les directeurs du FBI et de la NSA vont devoir sortir de leur silence.

Néanmoins, Sean Spicer a souligné que les enquêtes ne sont pas terminées.

L'audience de lundi est très attendue, puisque des responsables du renseignement américain répondront publiquement aux allégations d'ingérence et d'espionnage.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL