La crise entre la Turquie et l'Europe déborde sur la Toile

Vanessa Beaulieu
Mars 20, 2017

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé vendredi les Turcs de la diaspora en Europe à former des familles nombreuses comme réponse, selon lui, aux discriminations dont ils seraient victimes, leur lançant: "Vous êtes l'avenir de l'Europe".

Les Pays-Bas "n'ont rien à voir avec la civilisation, ni avec le monde moderne".

Outre ses sorties sur les pratiques "nazies" ou "fascistes", M. Erdogan a évoqué mardi Srebrenica pour éreinter les Pays-Bas dont le contingent de Casques Bleus n'avait pas réussi à empêcher le massacre qui y a été commis en 1995 par les forces serbes de Bosnie. Le pacte migratoire entre l'UE et la Turquie a été conclu il y a un an à Bruxelles pour faire cesser l'arrivée quotidienne de milliers de migrants par bateau sur les îles grecques en mer Egée.

L'annulation du jumelage a été décidée peu après un discours de M. Erdogan dans lequel il l'avait réclamée.

Au-delà des attaques verbales, la crise diplomatique a débordé mercredi sur Twitter avec le piratage de nombreux comptes, dont ceux d'Amnesty International, du ministère français de l'Economie ou de la BBC Amérique du Nord. "J'ai été scandalisé par ce qui a été dit par la Turquie sur les Pays-Bas, l'Allemagne et d'autres (pays) et je n'accepterai jamais cette comparaison entre les nazis et les gouvernements actuels", a-t-il confié lui aussi devant les eurodéputés. Voici une petite claque ottomane pour vous.

Neymar apprécie particulièrement la Premier League
S'il a failli signer à Paris l'été dernier, l'international auriverde vient d'avouer un petit faible pour la Premier League. Dans des propos rapportés par AS et Goal.com, Neymar a confié qu'il n'était pas insensible au charme de la Premier League.

EN DIRECT - Benoît Hamon à Bercy : suivez son meeting en vidéo
Pour la toute première fois, la très discrète Gabrielle Guallar a accepté de se montrer et d'exposer son soutien au candidat PS aux yeux de tous.

L'Allemagne rejette les allégations de Donald Trump — OTAN
" Nous n'avons aucune dette à l'égard de l'OTAN", affirme le ministre de la Défense de l'Allemagne, Ursula von der Leyen . Ce qui inclut l'Otan mais aussi la défense européenne, ainsi que les Nations Unies.

Des captures d'écran ont été diffusées montrant les comptes également piratés de l'ancien Premier ministre français Alain Juppé, de l'ancien champion de tennis allemand Boris Becker ou encore du club de football allemand du Borussia Dortmund.

La cyberattaque et la nouvelle charge de M. Erdogan marquent un nouveau palier dans une crise qui ne connaît pas de répit à l'approche du référendum en Turquie et d'échéances électorales dans des pays européens où les mouvements populistes ou d'extrême droite ont le vent en poupe.

Si Ankara n'a de cesse de mettre en garde contre l'islamophobie croissante en Europe, la défaite mercredi du parti islamophobe de Geert Wilders aux législatives néerlandaises n'a pas apaisé les tensions.

Les présidents du Conseil et de la Commission, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, sont montés au créneau mercredi au Parlement européen pour défendre les Pays-Bas face aux accusations proférées par la Turquie.

Au beau milieu d'une crise diplomatique entre Ankara et La Haye, le gouvernement turc a enchaîné les déclarations incendiaires ces dernières heures, laissant entendre que l'Europe se dirigeait vers un conflit de civilisations.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL