La performance de Benoît Hamon saluée (aussi) par ses adversaires

Marcel Micheaux
Mars 20, 2017

" L'argent a mis son emprise sur cette élection", a affirmé M. Hamon.

Mais la tribune au vitriol de Manuel Valls dans le JDD vient saper ce bel ordonnancement. Elle est prête à basculer potentiellement vers le nauséabond, vers Marine Le Pen.

Dans un discours à la fois offensif et positif prononcé devant quelque 20.000 personnes à l'AccorHotel Arena, le candidat socialiste a invité à "réconcilier les Français non seulement avec la gauche mais avec la République". Il a notamment visé ses adversaires Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen. Aux cris de "On vote, ils dégagent", "Résistance" ou "Fin de la monarchie présidentielle", les manifestants ont défilé dans une ambiance bon enfant.

Dans une allusion à une tirade de l'actuel président socialiste François Hollande, lorsque ce dernier était candidat à l'Elysée en 2012, contre la finance, un "ennemi" sans "nom", ni "visage", M. Hamon a aussi dénoncé le trop-plein de candidats du "parti de l'argent".

Accord de trêve après quatre jours d'affrontements entre milices — Libye
Depuis son entrée en fonction voici un an, le GNA a échoué à asseoir son autorité sur l'ensemble de la Libye. Peu de voitures circulaient dans les rues.

Barcelone s'impose difficilement face à Valence
Le Français qui n'a pas savouré longtemps puisque Luis Suarez a répondu peu de temps après (1-1, 35e). Le club merengue doit tout de même rester vigilant, ce Barça n'en est pas à son premier exploit.

L'Allemagne dément devoir "d'énormes sommes d'argent" à l'Otan et aux Etats-Unis
On pouvait y voir Donald Trump ignorer manifestement l'invitation de la chancelière à une poignée de main. Le Président américain est revenu sur Twitter sur sa rencontre de vendredi avec Angela Merkel .

Benoît Hamon, qui a fait de l'improvisation et de l'attention portée aux sujets du quotidien une de ses marques de fabrique en meeting, devrait s'efforcer de prendre de la hauteur dans un discours emprunt de "gravité", selon un membre de l'équipe. "Notre marche prouve que nous sommes capables de diriger le pays", s'est-il félicité.

Le candidat de La France insoumise mise sur la confrontation projet contre projet pour engranger de nouveaux soutiens.

Concernant l'Europe, il a fustigé une "négation de la volonté du peuple" et une "compétition sans fin entre les peuples, de sorte que partout sont encouragés les nationalismes les plus aveuglés".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL