L'assaillant d'Orly était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants

Leopold Bellegarde
Mars 20, 2017

Quelques minutes après avoir tiré sur les policiers, et avant de se rendre à l'aéroport, l'homme qui a été abattu avait appelé son père au téléphone pour lui dire qu'il avait "fait une bêtise". L'autopsie de Ziyed Ben Belgacem sera réalisée ce dimanche matin, elle permettra de savoir s'il avait, ou non, consommé des stupéfiants ou de l'alcool. Il vocifère: " Posez vos armes! S'agit-il pour autant d'un acte terroriste?

Pour le parquet, qui a ouvert une enquête notamment pour tentative d'homicide et d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, l'agression d'Orly est "le terme d'un parcours violent et destructeur".

Selon le Procureur de la République de Paris, Monsieur François Molins, le terroriste qui se trouve alors au premier étage dans le hall A d'Orly Sud jette " au sol un sac à dos contenant un bidon d'hydrocarbures", puis à 8h22 il attaque une patrouille de trois militaires de l'opération Sentinelle. Mais, son père, placé en garde à vue quelques heures, dans le cadre de l'enquête, ne croit pas à cette version. Jamais il a fait la prière et il boit.

Ziyed Ben Belgacem, l'homme qui a attaqué une patrouille militaire samedi à l'aéroport de Paris-Orly, en France, avant d'être abattu, était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants, a-t-on appris dimanche soir de source judiciaire. Ils ne m'ont pas dit directement qu'il était décédé. Il m'a dit " je te demande pardon j'ai fait une connerie avec un gendarme ", expliquant qu'il venait de tirer sur des policiers lors d'un contrôle routier à Garge-les-Gonesse au Nord de Paris. "L'ensemble de l'aéroport a été évacué", a déclaré à l'AFP Franck Lecam, 54 ans, qui se trouvait samedi matin à Orly-Sud.

Un profil — Ziyed Ben Belgacem
Une enquête a été ouverte notamment pour tentative d'homicide et d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Il parvient au cours d'un corps-à-corps "assez long" à s'emparer de l'arme de la militaire, un fusil-mitrailleur Famas.

La crise n'en finit pas de s'envenimer — Turquie et Europe
En revanche, Mevlut Cavusoglu, qui a atterri dimanche matin très tôt en France, va participer à 13h à un rassemblement politique à Metz.

Accord de trêve après quatre jours d'affrontements entre milices — Libye
Depuis son entrée en fonction voici un an, le GNA a échoué à asseoir son autorité sur l'ensemble de la Libye. Peu de voitures circulaient dans les rues.

Pour le procureur, plusieurs éléments désignent Ziyed Ben Belgacem comme un homme dangereux, déterminé à "aller au bout de ce processus" mortifère: le choix de la cible, des militaires qui "correspond aux mots d'ordre diffusés par les organisations terroristes djihadistes" et le profil de l'assaillant, "repéré comme radicalisé à l'occasion d'un passage en détention au cours des années 2011-2012".

La garde à vue du père de l'assaillant a été levée samedi, son frère et son cousinsont toujours entendus.

Ziyed Ben Belgacem n'était donc pas fiché "S" (sûreté de l'État), mais "J" (justice) au Fichier des personnes recherchées (FPR) puisqu'il était sous contrôle judiciaire après une affaire de vol par effraction.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL