Berlin juge "inacceptables" les propos d'Erdogan — Pratiques nazies

Vanessa Beaulieu
Mars 21, 2017

C'est ce qu'a affirmé le gouvernement allemand, ce lundi, à propos des déclarations du président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a personnellement accusé Angela Merkel de " pratiques nazies ".

Les refus successifs depuis le début du mois de l'Allemagne et d'autres pays de l'UE comme les Pays-Bas de laisser des ministres turcs participer sur leur sol à des réunions électorales auprès de la diaspora, en faveur du oui au référendum, ont suscité l'ire de l'homme fort d'Ankara. Ils manifestent leur solidarité.

Les tensions sont exacerbées entre la Turquie et plusieurs pays européens, depuis que le président turc Recep Tayyip Erdogan a multiplié les charges verbales virulentes contre eux.

Dimanche, dans un discours prononcé à Istanbul, Recep Tayyip Erdogan, le président turc, a lancé à la chancelière allemande: "Merkel, vous appliquez des méthodes nazies!"

France 2017 : Le Pen (27%) devance Macron (23%) et Fillon (18%) (Opinionway)
Le candidat d'En Marche continue donc son ascension et met des bâtons dans les roues de la candidate frontiste. Et alors que la sûreté du choix semble se renforcer chez les électeurs, 58% soit quatre points de plus.

Bruno Le Roux à son tour pris dans une affaire d'emplois fictifs ?
De même, la benjamine était en contrat à l'Assemblée nationale pendant un mois, à temps plein, du 20 avril 2015 au 22 mai 2015. Même chose pour un contrat engageant la sœur cadette, alors en cours préparatoire au lycée Jacques Decour à Paris.

Un débat télévisé inédit — Présidentielle
Il entend démontrer que seul son programme peut permettre de sortir de la quasi-faillite économique de la France qu'il dénonce. Comme si ces deux heures trente de direct allaient être décisives. 20% des ondé n'expriment pas d'intention de vote.

Pour autant, Berlin, tout en accusant les responsables turcs d'avoir "franchi une limite" avec la mention du nazisme, fait tout pour éviter un affrontement direct. " s'est-elle interrogée devant la presse, appelant à supprimer " les aides financières qui se montent en milliards d'euros de l'Union européenne ".Le chef de la diplomatie allemande a déclaré avoir dit hier à son homologue turc que son président avait " dépassé une limite " en accusant ainsi Angela Merkel".

"Est-ce que Monsieur Erdogan a encore tous ses esprits?", s'est interrogé une proche de Mme Merkel et vice-présidente de son parti conservateur CDU, Julia Klöckner.

En outre, la Turquie a annoncé ce dimanche avoir convoqué l'ambassadeur d'Allemagne pour protester contre la tenue la veille à Francfort d'une manifestation de Kurdes lors de laquelle ont été brandis des drapeaux du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit. "Je m'étonne des propos que j'entends en provenance de Turquie".

Cet accès de tension a encore écarté la perspective d'une intégration de la Turquie à l'UE, qui a pourtant été un leitmotiv des autorités turques depuis un demi-siècle. "Si la peine de mort est réintroduite en Turquie, cela entraînera la fin des négociations" du pays, a déclaré Jean-Claude Juncker dans l'édition dominicale du quotidien allemand Bild, en parlant de "ligne rouge".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL