Merkel assimilée aux "nazis" : la tension monte entre Berlin et la Turquie

Vanessa Beaulieu
Mars 21, 2017

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'en est pris personnellement dimanche à la chancelière allemande, Angela Merkel, l'accusant d'avoir recours à des " pratiques nazies ", en référence à l'interdiction de meetings électoraux en faveur du oui au référendum turc du 16 avril.

"Quand on les traite de Nazis, cela ne leur plait pas".

"Nous sommes tolérants mais nous ne sommes pas des imbéciles", a déclaré Sigmar Gabriel au quotidien allemand Passauer Neue Presse à paraître lundi, "c'est la raison pour laquelle j'ai fait savoir très clairement à mon homologue turc (Mevlut Cavusoglu, ndlr) qu'une limite avait été ici franchie" après les propos "choquants" de Recep Tayyip Erdogan.

L'Allemagne, qui héberge la plus importante diaspora turque au monde, dont 1,4 million de personnes inscrites sur les listes électorales consulaires, est au centre de la crise entre la Turquie et l'Europe.

Mais la patience de Berlin arrive à ses limites.

En se bornant à qualifier ces propos d'"inacceptables", le gouvernement allemand se contente toutefois de réitérer la position déjà exprimée à chaque sortie de ce type du chef de l'Etat turc.

L'actrice Monica Bellucci sera la maîtresse de cérémonie du 70e
Le visage de la maîtresse de cérémonie du 70e Festival de Cannes est bien connu du grand public: il s'agit de l'actrice Monica Bellucci.

Présidentielle 2017 : cinq candidats pour un premier débat (inédit)
Marine Le Pen devrait aussi subir les feux croisés de ses quatre adversaires, qui affichent son élimination comme une priorité. En tout cas, un téléspectateur ne sera pas cette fois au théâtre même s'il se montre sceptique, c'est François Hollande.

Elue "meilleure prof du monde", une Canadienne remporte un million de dollars
La somme d'un million de dollars est payée par tranches et exige que le gagnant reste enseignant pendant au moins cinq ans. Maggie MacDonnell figurait parmi dix finalistes sur 20 000 candidats de 179 pays qui s'étaient présentés à ce concours.

En embrassant les organisations terroristes, l'Allemagne monte toute l'Europe contre la Turquie.

La Turquie a annoncé dimanche avoir convoqué l'ambassadeur d'Allemagne pour protester contre la tenue la veille à Francfort d'une manifestation de Kurdes lors de laquelle ont été brandis des drapeaux du du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit, et ont été lancés des appels à voter non au référendum du 16 avril. "C'est insolent, c'est une effronterie que le dirigeant d'un pays ami insulte ainsi la dirigeante de ce pays" a estimé l'ancien président du Parlement européen.

Ankara s'est également dit indigné par les doutes exprimés par le chef des services secrets allemands concernant l'implication du prédicateur turc exilé aux États-Unis, Fethullah Gülen, dans l'organisation du coup d'État échoué en Turquie en juillet 2016.

Cette déclaration vise à "blanchir" le groupe de Gülen en Europe, s'est insurgé le porte-parole de la présidence turque.

Cet accès de tension a encore écarté la perspective d'une intégration de la Turquie à l'UE, qui a pourtant été un leitmotiv des autorités turques depuis un demi-siècle. "C'est une honte", a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL