Bose, le fabricant de casques connectés, accusé d'espionner ses clients

Marie-Ange Beliveau
Avril 20, 2017

Bose est accusé d'espionner ses clients. Comme la revente des données relatives aux habitudes d'écoutes des utilisateurs qu'elle revend ensuite à des tiers.

Le fabricant de casques Bose est connu pour ses casques et appareils audio, et notamment pour sa fonction de réduction active du bruit QuietComfort présente dans certains de ses casques filaires et sans fil. C'est en fait l'application Bose Connect qui est visée dans la plainte d'un utilisateur surpris des permissions réclamées lors de l'installation de l'application mobile.

Mardi dernier, une plainte a été déposée auprès du tribunal de Chicago.

"Un second tour Mélenchon/Le Pen c'est effrayant" — Bayrou
Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon est quant à lui crédité de 8% des intentions de vote, en baisse de deux points. Même résultat en tête pour le sondage Ifop-Fiducial réalisé pour Paris Match et Sud Radio et lui aussi publié ce mardi.

Le Pen accuse ses adversaires de "taire" le "problème du terrorisme"
Revirement qui devrait s'exprimer ce mercredi lors de son grand meeting de Marseille. Marine Le Pen est donc la seule à avoir dérogé à la règle.

Trois Lyonnais ont porté plainte contre X
Le procureur de Bastia, que j'avais fait venir, a pris nos plaintes pour coups et blessures. Le procureur, Nicolas Bessone, a tenu une conférence de presse au lendemain des événements.

L'application Bose Connect permettrait ainsi de rassembler un grand nombre de données personnelles et de dresser des profils à partir des écoutes musicales et des podasts suivis par les utilisateurs pour déterminer des éléments comme la confession religieuse ou l'appartenance politique, sans compter la masse d'informations (nom, adresse email, numéro de série du casque.) recueillies et assurant une identification unique de l'utilisateur. "La défense des clients n'aurait jamais pu anticiper que ces types de musique et de sélections audio seraient enregistrées, et envoyées, de toutes les personnes, à une tierce partie explorant les données pour les analyser" a déclaré la partie plaignante au cours du procès.

Légalement, le problème que soulève le plaignant tient à la non-anonymisation des données, comme le réclame la loi américaine. Une information essentielle dont il n'est fait aucune mention dans les déclarations de confidentialité de l'application. Il veut également récupérer des millions de dollars en dommages pour tous les possesseurs de QuietComfort 35 mais aussi de QuietControl 30, SoundLink Around-Ear Wireless II, SoundLink Color II, SoundSport Wireless et SoundSport Pulse Wireless.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL