Des dizaines de perturbateurs endocriniens dans les cheveux d'enfants

Henri Michaux
Avril 20, 2017

Les cheveux des enfants français sont plein de substances douteuses, des perturbateurs endocriniens, selon 60 Millions de consommateurs. "Quand on va avoir un enfant, on achète tous des meubles, des choses neuves, on repeint la chambre, etc. Tout cela il faudrait le faire six mois avant la naissance pour éviter d'avoir des vapeurs qui sont volatiles et qui vont se retrouver dans l'ambiance de la chambre", indique Jean-Baptiste Fini qui préconise également de "ne pas utiliser de contenants en plastiques et ne pas les faire chauffer surtout, parce que les molécules vont migrer dans les contenus gras". Parmi les sept grandes familles de polluants recherchées, les scientifiques ont retrouvé des phtalates et des pesticides dans tous les échantillons analysés.

Bisphénol A, phtalates ou pesticides: des traces de dizaines de perturbateurs endocriniens ont été retrouvées dans les cheveux d'enfants de 10 à 15 ans, selon une étude publiée mercredi par 60 Millions de consommateurs.

"Aux très hautes autorités d'arrêter de jouer les poules mouillées et d'imposer des règles". En moyenne 34 produits ont été détectés et quantifiés chez ces enfants, poursuit le magazine.

Syrie: entretien Tillerson-Lavrov après une escalade verbale
La Russie a en effet posé mercredi soir son veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité sur l'attaque chimique présumée en Syrie imputée au régime d'Assad.

Dupont-Aignan accuse Fillon d'avoir "pris en otage l'élection"
Maxime Thiébaut: "Nicolas Dupont-Aignan n'est pas prisonnier du système". Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Le Bayern "volé" selon Vidal
Dans la soirée, on a aussi pu voir Franck Ribéry laisser déferler sa colère sur Instagram, à base de " merci et bravo l'arbitre ". Arturo Vidal, expulsé en fin de deuxième période, revient avec amertume sur la rencontre.

"Cette fois-ci, l'association de consommateurs a fait appel à un laboratoire indépendant pour analyser les mèches de cheveux d'un panel de 43 enfants et adolescents de 10 à 15 ans, habitant " sur tout le territoire " français, tant en ville qu'en milieu rural, pour y rechercher 254 substances " répertoriées comme des perturbateurs endocriniens potentiels ou avérés ". Le bisphénol A, perturbateurs endocrinien avéré, n'a été retrouvé que dans 20% des échantillons, preuve de "l'efficacité" de son interdiction en France dans tous les contenant alimentaires depuis 2015, selon 60 Millions de consommateurs. Or, il est suspecté d'avoir les mêmes effets que son prédécesseur.

Autre point inquiétant, la persistance dans les analyses de PCB, retrouvés chez tous les enfants sauf un, alors qu'ils sont interdits en France depuis. Selon Santé Publique France, chez les enfants, ces substances peuvent être responsables de prématurité, peuvent générer des maladies ou des anomalies comme des malformations congénitales, et ce dès la vie in utero. Chez l'adulte, ils sont incriminés dans la survenue de cancers, d'infertilité, de maladies dites métaboliques comme le diabète...

L'association se demande quand est-ce que ces substances nocives seront enfin interdites en soulignant que les discussions se prolongent indéfiniment. "Attendue depuis 2012, une proposition fixant les critères de définition des PE a été présentée par la Commission européenne en juin 2016 et depuis, les débats vont bon train". 1987. L'Union européenne peine actuellement à se mettre d'accord sur une définition des PE qui permettrait de prendre des mesures réglementaires pour limiter leur impact sur la santé.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL