Des enquêteurs de l'ONU confirment l'existence de 17 nouvelles fosses communes — RDC

Henri Michaux
Avril 20, 2017

Le successeur d'un chef coutumier défunt dont les partisans s'affrontent avec les forces de sécurité congolaises, a été désigné à la suite de déclarations laissant entrevoir la cessation des violences, a-t-on appris mardi de source officielle. "On attend son arrivée à Kananga pour le lui remettre", a déclaré à l'AFP Louis d'Or Balekelayi, conseiller en communication du ministre de l'Intérieur congolais.

Après plusieurs mois de violents affrontements entre forces de l'ordre et autochtones dans la région du Kasaï central, le gouvernement et la famille du chef tribal Kamuina Nsapu ont décidé de fumer le calumet de la paix.

Un nouveau chef a également été nommé par la famille selon le ministre Emmanuel Ramazani Shadary joint par la BBC.

Real-Bayern (4-2), Vidal : "C'était un vol, c'est honteux"
Le Bayern devait absolument l'emporter pour se qualifier ou, comme cela a été le cas, obtenir le droit de jouer la prolongation. Par la suite, le Bayern a poussé, mais n'est pas parvenu à inscrire ce fameux deuxième but qui l'aurait qualifié.

Violences à Bastia : trois joueurs de l'OL portent plainte
Les autorités avaient averti avant le coup d'envoi que tout nouveau débordement mènerait à l'arrêt définitif du match. Les premiers éléments de réponse seront connus jeudi 20, après la réunion de la commission de discipline.

Le Japon appelle à une solution "pacifique" — Crise nord-coréenne
Ce dialogue pourrait conduire à "débuter des négociations formelles en vue d'un accord de libre-échange", a déclaré mardi M. Jeudi, le président Donald Trump a affirmé sa volonté de "traiter" le " problème " nord-coréen.

L'ONU a indiqué début avril avoir découvert 23 fosses communes au Kasaï.

Le corps de deux enquêteurs missionnés par le secrétaire général des Nations unies dans le Kasaï y ont été retrouvés le 28 mars dernier, seize jours après leur enlèvement avec quatre de leurs accompagnateurs congolais.

L'ONU les accuse notamment "de recruter des centaines d'enfants dans ses rangs et de cibler des agents et symboles de l'Etat, y compris des bâtiments gouvernementaux, des écoles, des hôpitaux, des commissariats de police et des églises ". Elles ont été mises en cause en février sur internet dans des vidéos montrant des massacres présumés de rebelles.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL