À J-4 du premier tour — Présidentielle

Henri Michaux
Avril 20, 2017

Alors que les candidats tentent de réaliser un difficile exercice d'équilibriste cette semaine - mobiliser leur base électorale sans risquer de braquer des électeurs moins acquis, essayer de convaincre les indécis et les abstentionnistes en marquant les esprits tout en évitant les dérapages - ces stratégies de fin de campagne commencent-elles à faire bouger les lignes dans un contexte jusqu'alors très incertain? La question du vote utile et l'agitation de la menace qu'induirait la présence de certains candidats au second tour ont-elles un impact sur le vote des Français? Pour un échantillon de cette taille, la marge d'erreur est de 1,8 point pour 20% d'intentions de vote. Certains disent même que là est le danger pour le plus jeune des postulants à l'Élysée: se laisser enfermer dans un second tour pour ou contre la participation à l'euro et à l'Europe, en somme une sorte de référendum sur le Frexit avant l'heure, piège dans lequel Marine Le Pen se fera une joie de chercher à l'enfermer.

À J-5 du premier tour de l'élection présidentielle en France, l'écart entre les quatre favoris ne cesse de se resserrer, laissant ainsi l'issue de ce scrutin imprévisible.

Avec respectivement 24% et 23% d'intentions de vote, le candidat d'En Marche! et celle du Front national progressent chacun d'un point en une semaine. Il est encore trop tôt pour affirmer que c'est sa stratégie de "retour aux sources" de fin de campagne qui paye.

Jean-Luc Mélenchon maintient le cap quoique...

...

Il est désormais crédité de 19 % des intentions de vote et voit son socle électoral poursuivre sa solidification. Ce repli ne s'observe ni chez les sympathisants PS (23% déclarent avoir l'intention de voter pour le leader de la France Insoumise, un score au contraire en hausse) ni chez les électeurs de François Hollande en 2012. Ainsi il ne reste plus qu'un Jean Luc Mélenchon qui diffère de Macron en termes d'idées, mais également le candidat inspirerait moins de peur et de crainte contrairement à Marine Le Pen. Les électeurs se laissent-ils donc influencés à ce point?

Trois morts pendant des manifestations anti-Maduro — Venezuela
Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Dans la nuit, des troubles sporadiques se sont poursuivis, dans certains quartiers de la capitale et dans ceux d'autres villes.

L'échange électrique entre Mélenchon et Bourdin sur le Venezuela
Avant d'ajouter, agacé: Pourquoi vous et vos collègues dans tous les pays passez votre temps à interpeller les hommes ou les femmes de ma famille politique sur le Venezuela ou Cuba? Pourquoi vous ne parlez jamais du Yémen .

Real-Bayern (4-2), Vidal : "C'était un vol, c'est honteux"
Le Bayern devait absolument l'emporter pour se qualifier ou, comme cela a été le cas, obtenir le droit de jouer la prolongation. Par la suite, le Bayern a poussé, mais n'est pas parvenu à inscrire ce fameux deuxième but qui l'aurait qualifié.

Un sondage Ifop pour l'Essor de la gendarmerie confirme les enquêtes du Cevipof (Sciences Po) sur l'importance du vote d'extrême-droite dans les professions de la sécurité (militaires, gendarmes et policiers). Fillon gagne aussi 0,5 point. D'une part, on note une progression assez forte de la participation potentielle. En cinquième position, le socialiste Benoît Hamon, sur une pente déclinante depuis plusieurs semaines, perd un demi-point à 7,5 %. En baisse continue depuis février, il a repris un point et stoppé son érosion.

A quatre jours du scrutin, la dernière livraison de ce sondage réalisé pour Paris Match, Sud Radio et CNEWS ne bouleverse pas les équilibres entre les principaux candidats, qui restent stables, à l'exception de Jean-Luc Mélenchon (-0,5).

François Fillon est également lourdement entravé.

Les autres candidats enregistrent des scores inférieurs à 4 %: Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 3,5 % des voix (+0,5). Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste) réunit ses partisans à Aubervilliers et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) à Lille. Face à François Fillon l'écart serait encore plus important avec 65% des intentions de vote et face à Jean-Luc Mélenchon il remporterait l'élection avec 57%.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL