L'attaque chimique présumée est "une fabrication à 100%" — Bachar el-Assad

Marcel Micheaux
Avril 20, 2017

Les Occidentaux ont imputé au régime d'Assad cette attaque chimique et, en guise de représailles, les Etats-Unis ont frappé aux missiles de croisière une base de l'armée de l'air syrienne au sud de Homs.

Sana Handout Dans sa première interview depuis l'attaque présumée chimique imputée à son régime, Bachar al-Assad a répondu aux questions de l'AFP.

"Il s'agit pour nous d'une fabrication à 100%", souligne le dirigeant syrien.

Depuis l'annonce de cette attaque au gaz la semaine dernière, Washington impute la responsabilité à Damas, ce qui a poussé Donald Trump à ordonner des frappes contre une base de l'aviation syrienne, dans la nuit du 6 au 7 avril.

En réponse à une question qui lui a été posée, le Secrétaire d'Etat américain a déclaré qu'al-Assad avait mérité le qualificatif "animal" que le président Trump lui a attribué, à cause des atrocités et des crimes dont il est responsable. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population. Bachar el- Assad a démenti toute implication: "aucun ordre n'a été donné de déclencher une attaque et d'ailleurs nous ne possédons pas d'armes chimiques".

Un homard d'un bleu très rare rejoint Océanopolis à Brest
Cette couleur serait due à une anomalie génétique rare qui générerait une protéine lui donnant cette couleur spéciale. C'est un spécimen extrêmement rare.

Ligue Europa: Besiktas rejette la faute sur l'OL
Lyon et Besiktas sont dans le viseur de l'UEFA après les incidents qui ont éclaté ce jeudi à l'extérieur et à l'intérieur du Parc OL.

Sondage. Macron en tête devant Le Pen, Mélenchon devance Fillon
Marine Le Pen a ainsi proposé à ses fidèles d'instaurer "un moratoire sur l'immigration légale " pour "arrêter ce délire". Le débat initialement prévu jeudi sur France 2 est annulé, certains candidats dont Jean-Luc Mélenchon s'y étant opposés.

Celui-ci a aussi affirmé que son régime ne possédait pas d'armes chimiques: "il y a plusieurs années, en 2013, nous avons renoncé à tout notre arsenal (.) Et même si nous possédions de telles armes, nous ne les aurions jamais utilisées".

Mais l'attaque chimique présumée et l'intervention américaine qui l'a suivie ont provoqué un nouveau regain de tensions aux accents de Guerre froide entre les deux puissances et éclipsé tous les autres dossiers.

Le président syrien a aussi fait savoir qu'il accepterait uniquement une enquête " impartiale ". Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur l'incident avant de condamner Damas. "Mais elle doit être impartiale", selon lui.

" Notre puissance de feu, notre capacité à attaquer les terroristes n'a pas été affectée par cette frappe ", a indiqué le président syrien. Poutine juge "inacceptable" d'accuser sans preuve, mais les États-Unis affirment avoir reçu des "communications accablantes" sur l'attaque qui a fait 87 morts, dont de nombreux enfants. Pour Bachar el-Assad, Donald Trump a pris le parti de la rébellion.

La Russie et les Etats-Unis ont "un intérêt commun" dans le règlement politique de la crise syrienne, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, à l'issue d'une rencontre conjointe avec le Président russe Vladimir Poutine et le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson au Kremlin.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL