Le Pen accuse ses adversaires de "taire" le "problème du terrorisme"

Vanessa Beaulieu
Avril 20, 2017

Mardi soir sur TF1, comme on lui demandait de citer un "modèle" politique, la candidate du Front national a nommé "Richelieu, qui était le promoteur d'un Etat moderne, qui a refusé justement peut-être qu'une religion prenne le pas sur la France".

"Les prisons sont devenues des universités djihadistes", a-t-elle dit en référence aux suspects interpellés qui se seraient radicalisés en établissement pénitentiaire, jugeant que le débat sur l'immigration n'a pas été suffisamment traité durant la campagne présidentielle. Le scandale des affaires touchant François Fillon, loin de lui attirer de nouveaux électeurs, a au contraire propulsé sur le devant de la scène Emmanuel Macron tout en mettant en lumière ses propres turpitudes judiciaires. "Soit le renforcement d'une société de divisions, un pays ouvert à tous les vents, une société minée par une violence endémique où dominera la loi du plus fort, celle des caïds, des mafias, des féodalités", a encore lancé Marine Le Pen.

Cinquante cars ont été affrétés pour remplir le Dôme et 6.500 personnes sont attendues, ce qui ferait de ce meeting le plus gros de la campagne de Marine Le Pen. Revirement qui devrait s'exprimer ce mercredi lors de son grand meeting de Marseille.

La candidate autoproclamée d'une "France apaisée" a donc envoyé des signaux à son électorat en puisant dans le registre traditionnel du FN, quitte à mettre entre parenthèses la stratégie de "dédiabolisation" mise en oeuvre depuis 2011. "Pour beaucoup de Français, l'immigration massive est une oppression", a-t-elle affirmé.

Zubizarreta explique ses choix — Mercato / OM
Maintenant, il y a tellement de compétitions que j'ai l'impression que les deux gardiens peuvent se partager plus de minutes. On est en train de parler de tout ça, a ajouté le dirigeant, avant d'ouvrir la porte à un jeune gardien.

Nintendo Switch : les ventes explosent tous les records
Cette situation peut s'expliquer par l'hypothèse qu'un certain nombre d'acheteurs aient acheté deux exemplaires du jeu, la limitée et la classique.

3 joueurs de l'OL portent plainte — Incidents à Furiani
La présidente de la Ligue, Nathalie Boy de la Tour a déploré "l'image horrible de notre football" donnée par les incidents de Bastia.

Marine Le Pen est donc la seule à avoir dérogé à la règle.

Cette phrase lui a valu une réaction ulcérée de la Fédération protestante de France qui a dénoncé, dans un communiqué publié mercredi, des propos "irresponsables" qui ont pour conséquence d'"attiser la haine et justifier la violence".

"S'il est probable qu'elle batte le meilleur score d'un candidat FN à la présidentielle, et même le record historique de voix du FN à une élection, on note une érosion des sondages".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL