Mélenchon désormais l'homme politique le plus populaire de France

Vanessa Beaulieu
Avril 20, 2017

À onze jours du premier tour de la présidentielle, François Hollande prend la parole pour mettre en garde contre le "péril" Mélenchon, dont la percée dans les sondages pourrait constituer une menace pour son ex-ministre Emmanuel Macron, souvent présenté comme son héritier. Outre cette interview au Point, François Hollande a également accordé au Monde un entretien portant sur la Syrie.

Face à une pluie d'attaques sur un programme qualifié de "communiste" par François Fillon et Emmanuel Macron et qui mènerait à "un désastre économique" selon le patron du Medef Pierre Gattaz, il rappelle que "c'est la manière avec laquelle on fait fonctionner l'économie du pays qui nous mène à la ruine avec les politiques d'austérité". Mais ce qui lui permettrait de se qualifier à coup sûr pour le second tour, ce serait une alliance avec le candidat du PS, crédité actuellement de 9% des intentions de vote. "C'est son projet à la fois social et économique", que sont la "justice sociale, la relance économique traditionnelle qui est un investissement fort de l'Etat auquel il est très attaché et son projet écologique", a-t-il estimé sur BFMTV.

"Il y a une sorte de fluidité entre les électorats de Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, un peu comme on a pu le connaître lors de la primaire de la droite entre François Fillon et Nicolas Sarkozy". Le Lab relève en effet que s'il se retire, les frais de la campagne ne seront pas remboursés. Ca montre "comment, dans une campagne, la moindre aspérité peut produire un discours", ajoute le candidat qui a déjà l'expérience de la campagne présidentielle de 2012.

Le candidat d'En Marche lui a vertement répondu mardi à Besançon.

Ligue 1: chaos à Bastia pour l'Olympique lyonnais
Et au retour aux vestiaires, une altercation a éclaté entre le gardien lyonnais Anthony Lopes et le secrétaire général de Bastia, Anthony Agostini.

Les recours de l'opposition contre le référendum rejetés — Turquie
La décision a été prise à la majorité des voix , 10 membres ont voté contre les recours et un pour. Selon les résultats officiels, le "oui" l'aurait emporté avec 51,4% des voix.

Le Pen accuse ses adversaires de "taire" le "problème du terrorisme"
Revirement qui devrait s'exprimer ce mercredi lors de son grand meeting de Marseille. Marine Le Pen est donc la seule à avoir dérogé à la règle.

"Puisque nous en sommes là aujourd'hui" et qu'il n'y a pas de rapprochement, "l'effort, la mobilisation doit se tourner vers la qualification de Jean-Luc Mélenchon", qui est "possible", a-t-il pressé. Si les deux candidats ne sont qu'à 0,5 point d'écart (la marge d'erreur est autour de 2), il faut noter que le socle du candidat LR est plus solide que celui du leader de la France insoumise.

Les socialistes ont tout faux, ou presque, depuis le début de la campagne présidentielle, face à Jean-Luc Mélenchon.

Contre Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon est préféré par 51% des sondés contre 46% pour le candidat d'En marche!

Invité à répondre aux questions du site Konbini, site d'information et de divertissement dédié aux jeunes, François Hollande a d'abord glissé qu'il préférerait qu'un homme lui succède, dans une allusion anti-Marine Le Pen.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL