Présidentielle : François Hollande sort du silence qu'il avait pourtant promis

Marie-Ange Beliveau
Avril 20, 2017

Le même constat est à faire pour Jean-Luc Mélenchon qui semblait depuis un moment s'installer durablement à la troisième place pour mieux décrocher Marine Le Pen, le récent sondage Onepoint le place derrière François Fillon le candidat de la droite.

Cet échantillon a été constitué par cumul de trois échantillons, qui ont été interrogés par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview) les 14 avril, 15 avril et 16 avril 2017. Épiphénomène ou nouvelle configuration du jeu?

"A moins d'une semaine du premier tour de la présidentielle, le résultat a rarement été aussi indéfini".

Ligue 1 : le PSG s'est fait très peur à Metz
Ce voyage en Lorraine devait pourtant être une formalité , et la vérité est que ça en a longtemps pris la tournure. Matuidi (14e) et Lucas (24e) manquaient d'adresse, Cavani (20e) et Meunier (27e) étaient contrés de justesse.

Mélenchon, l'homme idéal pour... Marine Le Pen — Présidentielle
François Fillon voit quelques électeurs revenir vers lui, et regagne deux points d'intentions de vote. Tunisie-Tribune (Présidentielle française 2017) - Plus on avance et plus les courbes se resserrent.

Orange lancera sa banque mobile début juillet
Le groupe français a dévoilé jeudi "Orange Bank", sa nouvelle offre de banque mobile, lors de son cinquième show pour l'innovation ("Hello show").

La présidente du Front national perd un point par rapport à la précédente enquête publiée vendredi, le chef de file d'En Marche est stable et le candidat de la droite et du centre en gagne un. Contrairement à Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui ont perdu des points, Jean-Luc Mélenchon maintient le cap. Marge d'erreur de 1,2 à 2,8 points. A 19h, Jean-Luc Mélenchon sera à la fois à Dijon, à Nantes, à Montpellier, à Nancy, à Grenoble, à Clermont-Ferrand et au Port à La Réunion.

Jean-Luc Mélenchon (la France insoumise) progresse également d'un point et recueille 18% des intentions de vote. Le président de la République estime, dans un entretien devant être diffusé dimanche soir sur France 5, que le candidat de la France insoumise "a des facilités qui quelquefois tombent dans le simplisme", évoquant en particulier ses positions sur la Syrie, la Russie, l'Otan et l'Union européenne. "On ne peut pas mettre en cause ce qui a été la grande construction de l'Union européenne et surtout quand on se réclame de François Mitterrand", a précisé le chef de l'État.François Hollande est ensuite revenu sur la campagne électorale, qui selon lui, ne permet pas, cette année, de concentrer le débat sur les programmes des candidats. 73% des électeurs se disent à présent sûrs de leur choix. Et à un poste on ne peut plus stratégique: " je suis co-directeur du pôle 'idées et image' " explique-t-il à Essonne Info.

"Dans son allocution à Bercy, Emmanuel Macron veut assumer d'être l'un des seuls candidats à ne pas jouer sur les peurs, les antagonismes, les divisions mais plutôt sur l'unité", insiste un proche de l'ancien ministre de l'Economie. De quoi à voir dans ces élections l'expression d'une pluralité d'opinion au bout de laquelle sera élu celle qui aura le plus convaincu les électeurs français.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL