Sondage: deuxième tour difficile pour l'extrême droite face à l'extrême gauche

Leopold Bellegarde
Avril 20, 2017

En stagnation dans les sondages, Emmanuel Macron (centre) et Marine Le Pen (extrême droite), talonnés par le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon et le conservateur François Fillon, veulent recréer une dynamique. Autant d'éléments qui démontrent que la campagne de Marine Le Pen est compliquée. Alors, pour tenter de l'emporter au finish par un dernier " coup de collier", le candidat de la droite a enclenché le sprint final comme une course contre la montre, afin de mobiliser au maximum son socle électoral, celui d'une droite conservatrice et relativement libérale, catholique aussi, attachée aux "racines".

"Je déciderai d'un moratoire sur toute l'immigration légale pour arrêter ce délire, cette situation incontrôlée qui nous entraîne vers le fond". De brefs heurts ont par ailleurs opposé des militants anti-FN aux forces de l'ordre en marge du meeting.

La présidente du FN poursuivra sa campagne avec un grand meeting mercredi à Marseille. Et puis, pour ceux qui seraient encore troublés par les affaires et douteraient, François Fillon a voulu montrer qu'avec son projet, il est le seul à porter le "désir puissant d'alternance".

Le candidat socialiste a affirmé lundi ne pas croire en un "second tour droite - extrême-droite", se bornant à indiquer que dans un tel cas, il ne "voterait pas Marine Le Pen".

François Fillon a estimé que ses "36 ans au service du pays" lui donnaient "plus d'autorité morale" pour gouverner le pays que les "trois ans passés à la banque Rothschild" d'Emmanuel Macron, dans un entretien à La Voix du Nord à paraître mardi.

Il a réuni lundi après-midi ses soutiens à Nice (sud-est), où il a promis "la sécurité partout et pour tous". Lors de l'élection présidentielle de 2007, au premier tour, la participation avait atteint 83,77%.

Un nouvel attentat sanglant contre une Église copte — Égypte
Ils dénoncent régulièrement les discriminations à leur égard aussi bien de la part des autorités que de la majorité musulmane. A l'intérieur de l'église de Tanta, les bancs de bois brisés et divers objets personnels jonchaient le sol maculé de sang.

"Un second tour Mélenchon/Le Pen c'est effrayant" — Bayrou
Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon est quant à lui crédité de 8% des intentions de vote, en baisse de deux points. Même résultat en tête pour le sondage Ifop-Fiducial réalisé pour Paris Match et Sud Radio et lui aussi publié ce mardi.

Un tir de missile de la Corée du Nord a échoué
Alors que les tensions sont à leur paroxysme entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, Donald Trump a affirmé jeudi sa volonté de "traiter" le "problème" nord-coréen.

M. Macron en a profité pour brocarder ses adversaires sans les nommer, ironisant sur le choix entre "Thatcher ou Trotsky, Fidel Castro ou Maurras".

Sa campagne a été fortement perturbée et ses sorties sur le terrain se sont raréfiées, jusqu'à ce qu'il multiplie les meetings depuis une semaine.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon, vent dans le dos, veut capitaliser sur ce temps fort pour troubler encore davantage la bataille pour le second tour, alors que juste avant le long week-end, deux sondages voyaient le leader de La France insoumise atteindre la barre des 20% d'intentions de vote.

Lundi, il a vogué à bord de la "péniche insoumise" de Bobigny à la Bibliothèque François-Mitterrand à Paris.

Après son meeting mardi soir à Dijon retransmis dans six autres villes par hologrammes, Jean-Luc Mélenchon se rendait mercredi dans le Jura pour une visite du site de production "Trivolution" du groupe coopératif Demain.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL