Trois morts pendant des manifestations anti-Maduro — Venezuela

Vanessa Beaulieu
Avril 20, 2017

C'est le sixième manifestant tué en trois semaines au Venezuela, où l'opposition, majoritaire au parlement depuis fin 2015, a engagé un bras de fer avec le chef de l'Etat dont elle demande le départ, dans un pays étranglé par une crise économique. Des affrontements avec la police vénézuélienne ont éclaté lors de manifestations à Caracas et deux étudiants ont été tués. Une femme de 23 ans a été tuée d'un tir dans la tête à San Cristobal (ouest), a annoncé à l'AFP une source du parquet, quelques heures après l'annonce du décès d'un jeune homme de 17 ans, lui aussi touché d'une balle à la tête.

Sept morts dans des manifestations.

D'après des témoins, les auteurs des tirs font partie dans les deux cas des "colectivos", des groupes de civils armés par le gouvernement selon l'opposition. Le premier vice-président du parti chaviste au pouvoir, Diosdado Cabello, en a profité pour lancer une nouvelle fois un avertissement: " Ce mercredi, l'opposition ne rentrera pas dans le centre de Caracas".

"Ils viennent d'assassiner un garde national à San Antonio de los Altos, les "pacifiques", a-t-il précisé.

Le parquet a confirmé à l'AFP la mort d'un militaire. Dans la nuit, des troubles sporadiques se sont poursuivis, dans certains quartiers de la capitale et dans ceux d'autres villes.

Les accès de la capitale ont été bloqués par un important déploiement policier et militaire, qui a repoussé, à l'aide de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc, les manifestants, lesquels ont répliqué avec des pierres et des cocktails Molotov.

"Il faut sortir de cette dictature".

Arnaud Lagardère reprend Europe 1 en main
Une analyse qui rejoint le commentaire à l'AFP d'un concurrent: Europe 1 a un " problème de programmation mais aussi d'identité ". Dans le détail, les audiences de janvier à mars d'Europe 1 sont catastrophiques.

Nord du Mali : Attaque meurtrière contre l'armée
La force onusienne, de son coté, a déployé ses hélicoptères d'attaques sur les lieux à fin de faciliter l'évacuation des blessés.

Evelyne Dhéliat absente de TF1 suite au décès de son mari
C'est un véritable drame qui s'est produit dans la vie d'Evelyne Dhéliat le 11 avril dernier: son mari, Philippe décédait. Avec lui, elle avait eu sa fille à 21 ans. "Il a toujours répondu présent dans tous les moments difficiles".

L'opposition, qui veut que Nicolas Maduro quitte le pouvoir et réclame des élections anticipées, a convoqué de nouveaux rassemblements pour jeudi. De nombreux commerces et stations de métro de Caracas étaient fermés.

Le représentant intérimaire des États-Unis à l'OEA Kevin Sullivan, a rejeté " les allégations infondées et déraisonnables faites par le représentant du Venezuela à propos de notre soutien à un coup au Venezuela ainsi qu'à des manifestations violentes ".

"Nous sommes préoccupés par le fait que le gouvernement de Maduro viole sa propre Constitution et n'autorise pas l'opposition à faire entendre sa voix ni à s'organiser de façon à exprimer l'opinion du peuple vénézuélien", a renchéri le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, reflétant la montée de la pression internationale sur le Venezuela ces derniers jours. Inquiets, 11 pays latino-américains ont demandé lundi à Caracas de "garantir" le droit de protester pacifiquement, un appel qualifié par le gouvernement vénézuélien d'"ingérence grossière". Cette vague d'actions de protestation a commencé le 1er avril après la décision de la Cour suprême, considérée comme proche de Maduro, de s'arroger les prérogatives du Parlement, déclenchant un tollé diplomatique qui l'a poussée à faire machine arrière 48 heures plus tard.

Fidèle à ses habitudes, le président Maduro a dénoncé un " coup d'État " appuyé par les États-Unis et a d'ailleurs mobilisé en soirée les Forces armées nationales bolivariennes, les forces policières et une milice civile.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Mais l'opposition ne désarme pas et appelle a de nouvelles manifestations aujourd'hui.

Toute échéance électorale est risquée pour Nicolas Maduro, dont sept Vénézuéliens sur 10 souhaitent le départ. Il a pourtant assuré mercredi souhaiter des élections "bientôt" pour "gagner définitivement" la bataille. L'opposition a dénoncé une tentative de coup d'Etat mais paradoxalement cet épisode lui a aussi donné un nouveau souffle, l'amenant à dépasser ses divisions intestines, et a relancé la mobilisation populaire à ses côtés, assoupie ces derniers mois.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL