Des observateurs étrangers déplorent des conditions inéquitables — Turquie/référendum

Vanessa Beaulieu
Avril 21, 2017

"Au vu du résultat serré du référendum et des implications profondes des amendements constitutionnels, nous appelons (.) les autorités turques à rechercher le consensus national le plus large possible dans leur mise en oeuvre", écrivent notamment le président de la Commission de l'UE Jean-Claude Juncker et la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

Une mission commune d'observateurs de l'OSCE et du Conseil de l'Europe a critiqué en termes vifs la campagne référendaire qui s'est déroulée, selon elle, dans des conditions inéquitables.

"Ce n'était le bon message ni pour l'Union européenne, ni pour attirer les investisseurs étrangers", estime M. Yetkin.

Les deux principaux partis de l'opposition turque, le CHP (social-démocrate) et le HDP (prokurde), ont dénoncé cette mesure prise par le Haut-Conseil électoral (YSK) de valider ces bulletins, annonçant leur intention de déposer un recours. Paris a mis en garde lundi contre le rétablissement de la peine capitale, régulièrement évoqué par M. Erdogan, qui provoquerait une "rupture". A vrai dire, ce n'est pas très important pour nous. "Qu'ils nous communiquent leur décision!", a ajouté M. Erdogan.

Plus de 20 personnes tuées — Évacuations en Syrie
REFUGIES Les bus visés par la camionnette piégée transportaient des personnes évacuées de leurs villes d'origine. Les autres personnes tuées sont des travailleurs humanitaires locaux ou des rebelles, a-t-il précisé.

PSG : Serge Aurier en partance vers Manchester United ?
Une situation compliquée à laquelle s'ajoute une certaine lassitude suite aux critiques mal vécues après ses dérapages. Néanmoins, Aurier n'est pas le seul décideur dans ce dossier et il faudra aussi compter avec le PSG .

Martyrisé par Thiago Silva, Mbappé a fini au bord des larmes — ASM
On ne parle que des millions qui l'attendent, mais c'est encore sa maman ou quelqu'un du club qui l'amène à l'entraînement. Confrontés au PSG en finale de la Coupe de la Ligue, l'AS Monaco a fait face à une équipe parisienne de gala.

Accueilli par une foule de partisans devant l'aéroport Esenboga, M. Erdogan s'est dirigé en cortège vers le palais présidentiel, sous les vivats de supporters massés le long des routes.

De nouvelles manifestations ont eu lieu mardi à Ankara et Istanbul pour dénoncer les résultats du référendum.

Faisant fi des contestations de l'opposition, le parti au pouvoir (AKP) a d'ores et déjà annoncé qu'il proposerait fin avril à M. Erdogan de retrouver sa place dans ses rangs, appliquant ainsi le premier point d'une réforme -il ne pouvait jusqu'alors pas rejoindre un parti- dont la plupart des volets entreront en vigueur après les élections présidentielle et législatives de 2019. "Il risque de mettre les bouchées doubles sur sa ligne très dure et son style de politique sans compromis".

Murat Yetkin, rédacteur en chef du quotidien anglophone Hürriyet Daily News souligne pour sa part qu'"Erdogan est un politicien suffisamment expérimenté pour savoir que cette victoire étriquée ne l'autorisera pas à agir aussi librement qu'il le pourrait avec une marge plus importante".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL