Fusillade mortelle, jeudi soir, sur les Champs-Élysées

Leopold Bellegarde
Avril 21, 2017

Après l'attentat de jeudi soir sur les Champs-Élysées, le procureur de la République de Paris François Molins a tenu une conférence de presse vendredi. Le conducteur sort et tire à l'arme automatique contre le véhicule des forces de l'ordre, tuant l'un des policiers.

Jeudi soir, aux alentours de 21 h sur les Champs-Elysées, près de la station Franklin D. Roosevelt, une fusillade a éclaté entre la police et un assaillant.

La police a découvert, par la suite, un arsenal dans le véhicule de l'individu: un fusil à pompe avec des munitions de calibre 12, deux gros couteaux de cuisine, un sécateur et un Coran. Il avait dans ce contexte été arrêté et placé en garde à vue le 23 février dernier avant d'être remis en liberté faute de preuves. D'après cette source, cette procédure était ouverte au parquet de Meaux. Il s'agit d'un autre homme, Karim Cheurfi, né en 1977 à Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis.

Dans un communiqué, elle a déclaré que le gouvernement du Canada offre ses plus sincères condoléances aux proches du policier tué et un prompt rétablissement aux deux policiers blessés. Il sera condamné en 2003 en première instance à 20 ans de réclusion criminelle, ramené à 15 ans en appel en 2005. L'homme a semblé avoir agi seul lors de l'agression, et des investigations sont en cours pour établir " s'il a bénéficié ou pas de complicités ", a-t-il ajouté.

Judo: à l'Euro, premières récompenses pour Pinot et Gahié
Après la victoire au sprint de Thibaut Pinot sur la dernière étape du tour d'Italie, c'est au tour de Margaux Pinot de briller. Margaux Pinot (à gauche) a été battu par la Slovène Tina Trstenjak en finale des -63 kg.

Les producteurs envisageraient de reconduire la réduction de l'offre — Pétrole
C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui à Abou Dhabi, le ministre de l'Energie saoudien Khaled Al Faleh, cité par Agence France Presse (AFP).

La dernière émission politique d'avant premier tour sera sérieuse — Présidentielle française
Il devance de deux points la présidente du Front national, en baisse de 0,5 point à 22% des intentions de vote . Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a lui confirmé qu'il irait en Seine-Saint-Denis puis dans l'Essonne.

Au moment d'écrire ces lignes, vendredi matin, trois proches de l'auteur de l'attentat sont sous garde à vue.

L'attaque, qui a eu lieu vers 21H00, a été aussitôt revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), à l'origine de la plupart des attentats qui ont fait 238 autres morts depuis 2015 en France. Une question se pose maintenant. Un homme s'est présenté ce matin à un commissariat en Belgique: il y était recherché depuis ce jeudi. Des policiers ont été pris pour cible par des tirs vers 21h jeudi soir. Marine Le Pen "cherche comme après chaque drame à en profiter pour instrumentaliser et diviser, elle cherche à exploiter sans vergogne la peur et l'émotion à des fins exclusivement politiciennes". Dans la soirée, le porte-parole du ministère de l'intérieur avait dit qu'il n'y avait " pas d'autre intervention de sécurité en cours sur les Champs-Elysées", contrairement à certaines rumeurs. Après l'attentat de Magnanville, qui avait coûté la vie à deux policiers, le groupe terroriste avait annoncé sa responsabilité trois heures après l'annonce du drame.

Olivier Roy, spécialiste de l'islam politique, assure quant à lui que "pour passer à l'action jihadiste, il ne reste plus que les losers". Il a, de même que le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, offert son soutien à la France, frappée par un nouvel acte de terreur à trois jours du premier tour des élections présidentielles. "Il ne prendra pas en otage l'élection présidentielle".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL