La filière djihadiste Cannes-Torcy en procès à Paris

Leopold Bellegarde
Avril 21, 2017

Cette cellule avait été décrite en 2012 par les services antiterroristes comme la plus dangereuse démantelée en France depuis les années 90.

Les prévenus encourent pour la plupart 30 ans de réclusion criminelle ou la réclusion à perpétuité, sauf deux, qui encourent dix ans d'emprisonnement.

L'avocat d'un des accusés minimise l'importance de la filière: "Ce n'est pas du tout un réseau, c'est une bande de potes, une bandes de vieilles connaissances dont certains ont déconné". D'autres sont concentrés, les traits tirés.

"Ce procès à une forte dimension pédagogique".

L'opposition fulmine, l'UE veut une enquête — Référendum turc
L'opposition allègue ainsi que 3 millions de bulletins seraient frauduleux, précisent Les Echos . A vrai dire, ce n'est pas très important pour nous.

Le Président Erdogan défie les européens — Turquie
Dimanche, le président turc l'a annoncé lors d'une allocution devant une foule de partisans à Istanbul, rapporte Al Arabiya . Mais ses opposants affirment qu'il n'existerait plus de contre-pouvoir, ouvrant la voie à un régime autocratique. 2.

Affrontements au Parc OL avant Lyon-Besiktas — Ligue Europa
La communauté turque est très importante en France, ils ont pu récupérer plus de billets qu'on ne l'avait imaginé. L'OL n'a pas fait de demande officielle pour que le match retour se joue à huis clos, jeudi prochain à Istanbul.

Les membres du groupe ont souvent connu radicalisation rapide, favorisée par un séjour dans le sud "entre frères", durant l'été 2012. 20 hommes, suspectés d'être impliqués dans l'attentat contre une épicerie casher en 2012 et dans des projets d'attaques contre des militaires et des départs en Syrie, comparaissent dans un procès qui doit durer jusqu'au 7 juillet. L'engin roule sous un chariot métallique, ne blessant miraculeusement qu'un client.

Une empreinte sur la cuillère de la grenade permet de remonter à Louis-Sidney. Jérémie Bailly, considéré comme son "bras-droit" comparaîtra lors du procès. Au fil des investigations, un box contenant un un arsenal et tout le nécessaire pour fabriquer un engin explosif sera retrouvé au nom du "fidèle lieutenant de Louis-Sidney, Jérémie Bailly, un petit délinquant converti à l'islamisme radical". Ce dernier reconnaîtra devant le juge que cela devait servir à "fabriquer une bombe " pour "la poser chez des militaires ou des sionistes ". Accusé d'avoir participé à l'attentat de Sarcelles, il nie. Selon sa mère, il s'était radicalisé en prison, en 2008. Coup de filet Le 6 octobre 2012, un vaste coup de filet est lancé pour arrêter une vingtaine de membres présumés du groupe, simultanément à Torcy, dans l'agglomération cannoise et à Strasbourg, où Jérémie Louis-Sidney, en visite chez sa compagne, est tué en résistant aux policiers.

Les enquêteurs, qui ont saisi armes, testaments religieux et listes de cibles potentielles, sont convaincus d'avoir démantelé une cellule en plein essor.

Certains "Cannois", dont le Tunisien Maher Oujani, sont arrêtés début juin 2013 alors qu'ils envisagent une attaque imminente contre une caserne dans la Var, tandis que d'autres, de retour de Syrie en 2014, comme Ibrahim Boudina, sont soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat de masse sur la Côte d'Azur. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL