Macron en tête suivi par Le Pen, Mélenchon talonne Fillon

Aubin Brasseur
Avril 21, 2017

A la fin, les candidats à la présidentielle se retrouveront tous ensemble, vers 22h45, pour une conclusion de 2 minutes 30 chacun. "Même s'il ne s'agit pas d'un débat, la moindre émission compte", en pleine "bataille du vote utile" à gauche entre Mélenchon et Macron, relève Chloé Morin, directrice de l'observatoire de l'opinion de la Fondation Jean-Jaurès.

Selon cette enquête, au second tour, Emmanuel Macron battrait Marine Le Pen avec 64 % contre 36 % des voix, et François Fillon l'emporterait également avec 60 % contre 40 %.

A trois jours d'un premier tour virant à un imprévisible "match à quatre", les onze candidats à la présidentielle ont commencé à se succéder sur France 2 pour un dernier round télévisé, avec un quart d'heure pour chacun en direct, mais séparément.

"En temps normal, Mélenchon serait leur bête noire évidente, avec sa proposition de taxer les revenus des plus hauts salaires à 90% et son ouverture à l'idée de sortir la France de l'UE", analyse Reuters. Mercredi matin, la présidente du Front national a souligné qu'il n'y avait pas de "risque zéro" en matière terroriste, après avoir assuré lundi au Zénith de Paris qu'avec elle, "il n'y aurait pas eu Mohammed Merah" ni "les terroristes migrants du Bataclan et du Stade de France". Il talonne Marine Le Pen qui est à 23%.

Il devance toujours d'un point Marine Le Pen et accentue l'écart avec Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, tous deux légèrement en retrait. Les autres candidats recueillent moins de 1%.

François Fillon, lui, est déterminé à démentir ceux qui l'avaient enterré après les révélations fin janvier sur des emplois fictifs présumés visant en particulier sa femme Penelope.

Distancé dans les sondages, Benoît Hamon a regretté que se succèdent "des monologues et pas un débat démocratique", brandissant une carte d'électeur qui n'est pas une "carte de consommateur" ni une "carte bleue".

Georges Pernoud quitte la présentation de Thalassa
Parmi eux, Georges Pernoud , 69 ans, qui a senti le vent tourner depuis que l'émission "Thalassa" est passée d'une diffusion hebdomadaire à un rythme mensuel.

Macron en tête (sondage) — Présidentielle
Le chef de l'Etat a promis que les services de l'Etat seraient "d'une vigilance absolue " pour sécuriser le scrutin, dimanche. Fillon a évoqué "d'autres violences en cours", elles aussi démenties par les autorités.

Fekl promet des "centaines" de places en centre d'accueil — Grande-Synthe
La totalité du camp a été évacuée dans la nuit, selon le préfet du Nord Michel Lalande, sur place dès lundi soir. Le sinistre n'est "pas lié" à des failles de sécurité, a insisté Olivier Caremelle.

Interpellé sur son parcours, le candidat a évoqué, encore une fois, son enfance marocaine: "Tanger, c'était une ville internationale extraordinaire".

A trois jours du scrutin, le candidat d'extrême gauche et la candidate d'extrême droite sont dans le peloton de tête des intentions de vote, d'après plusieurs instituts de sondages.

Ces trois émissions télévisées sont inédites dans l'histoire électorale française, qui se contentait depuis 1974 d'un débat avant le second tour.

François Fillon et Marine Le Pen ont eux annoncé dès jeudi soir qu'ils annulaient leurs déplacements, suivis dans la nuit par Emmanuel Macron. Quel que soit son adversaire, si Emmanuel Macron atteint le second tour, il serait en tête des intentions de vote exprimées, quel que soit son adversaire si Marine Le Pen atteint le second tour, elle serait systématiquement battue et enfin, s'il atteint le second tour, François Fillon est en tête des intentions de vote exprimées de second tour uniquement en cas de confrontation avec Marine Le Pen (59% contre 41%).

Beaucoup auraient aimé garder ce jeudi soir pour leur dernier grand meeting. Il doit notamment participer en début de soirée à l'un des nombreux "apéros insoumis" organisés dans toute la France, accompagné notamment du leader de Podemos, l'Espagnol Pablo Iglesias.

Il s'est ainsi affiché avec l'ancien Premier ministre Alain Juppé qui représente une droite plus modérée, s'est réjoui d'un message vidéo de l'ex-président Nicolas Sarkozy en sa faveur, tout en prenant soin de ménager un courant de pensée de la droite traditionaliste, Sens Commun, issu des manifestants opposés au mariage homosexuel.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL