#Pop 2017 : en tête sur les réseaux sociaux comme dans les urnes ?

Vanessa Beaulieu
Avril 21, 2017

Ils étaient plus de 6500 personnes, venus écouter mardi soir le leadeur de la France Insoumise pour sa dernière prestation avant la 1er tour de la présidentielle.

M. Macron a ironisé sur le choix entre "Thatcher ou Trotski, Fidel Castro ou Maurras".

Alors que les différentes enquêtes d'opinion montrent un resserrement des positions en tête doublé d'une grande indécision de l'électorat, la gestion du sprint final sera cruciale jusqu'à vendredi minuit, fin officielle de la campagne. Le candidat de la France insoumise est-il devenu le candidat 2.0 de la présidentielle française? Réservant ses piques les plus acerbes à M. Macron, qui le prend également régulièrement pour cible dans ses propres meetings, il l'a réduit à "l'intelligent, le moderne, l'ébouriffé". Elle y est restée deux jours, partageant son programme entre rencontre avec des chefs d'entreprise et associations et entretiens avec Ibrahim Patel et André Thien Ah-Koon. Mais son discours a de quoi surprendre.

Les accusations d'emplois fictifs à l'encontre de François Fillon mais aussi de Marine Le Pen, l'irruption du jeune "progressiste" ni-de-droite-ni-de-gauche Emmanuel Macron et le charisme du tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon ont créé le trouble chez les électeurs dont près de 30% se disent encore incapables de choisir.

La filière djihadiste Cannes-Torcy en procès à Paris
D'autres sont concentrés, les traits tirés. "Ce procès à une forte dimension pédagogique". L'engin roule sous un chariot métallique, ne blessant miraculeusement qu'un client.

Macron et Le Pen consolident leur avance — Présidentielle
Emmanuel Macron intouchable pour cette Présidentielle 2017? Les élections françaises se jouent au centre. Elle pourrait donc faire un score plus important d'exprimés qu'affichaient les sondages cette semaine.

Convertisseur catalytique Spectra
La marque a un nom reconnu et une bonne réputation si vous songez à remplacer le convertisseur. Tout le monde doit jouer son rôle pour assurer que la grande catastrophe est atténuée.

Face à la récente poussée de Jean-Luc Mélenchon et de François Fillon, désormais installés dans un carré de tête, la patronne du FN espère retrouver de l'élan sur les cinq derniers jours. "La campagne a été rude".

Sur Twitter, mardi Bernard Cazeneuve a adressé une mise en garde sur les propositions annonçant "un basculement" que portent "certains candidats à la présidentielle" sur l'Europe, l'économie, la sécurité ou la diplomatie, citant Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. "C'est cette semaine que tout va se jouer", a-t-il lancé, avant d'avertir ses partisans qu'il risquait de lui "manquer une poignée de voix" pour accéder au second tour.

Christian Estrosi, qui prendra la parole au Nikaïa (9.000 places), avait été copieusement sifflé lors de son intervention dans une réunion publique de Fillon à Toulon fin mars, les militants ne lui pardonnant visiblement pas d'avoir un temps appelé l'ancien Premier ministre à retirer sa candidature en raison des affaires. Sa référence à Jean Jaurès, ce dimanche, à Toulouse, n'était de ce point de vue pas anodine, comme une oeillade aux électeurs qui restent encore fidèles à Benoît Hamon.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL