Présidentielle française Quatre candidats sont au coude à coude

Aubin Brasseur
Avril 21, 2017

Il a été réalisé également avant et après l'émission de jeudi soir sur France 2, qui a permis aux onze candidats de s'exprimer tour à tour pendant 15 minutes. C'était leur dernière grande tribune médiatique avant la clôture officielle, aujourd'hui à minuit, d'une campagne à multiples rebondissements et à un niveau de suspense inédit. A partir de ces données, l'institut a déterminé le point haut et le point bas de chaque candidat dans le cas où la moitié des hésitants changeaient effectivement d'avis: Emmanuel Macron se situerait entre 20,5 et 27%, Marine Le Pen entre 20 et 23%, François Fillon entre 17,5 et 20,5% et Jean-Luc Mélenchon entre 16 et 21%.

L'incertitude a longtemps plané sur l'émission de France 2, qui suit un premier débat sur TF1 avec les cinq mieux placés dans les sondages, le 20 mars, et un deuxième, le 4 avril sur BFMTV et CNews, avec tous les candidats. "Depuis dix ans, sous les gouvernements de droite et de gauche, tout a été fait pour que nous perdions" la "guerre qui nous est menée", a-t-elle dénoncé, avant de demander "solennellement" au chef de l'État "d'ordonner la restauration effective de nos frontières" et "le traitement administratif ou pénal immédiat des fichés S".

Chacun cherche donc à imprimer de sa marque les dernières heures de la campagne.

Si l'on établit une typologie des candidats en présence lors de ce 1 tour de la présidentielle, on distingue quatre catégories de postulants à la fonction élyséenne que l'on peut classer ainsi par poids électoral présumé en fonction des sondages: 1) Les partisans d'un libéralisme assumé et de l'ubérisation de la société: Macron et Fillon.

Alors qu'un projet d'attentat "imminent" a été déjoué lundi, Emmanuel Macron s'est présenté comme le seul à même "d'assurer la sécurité" des Français.

Plus tôt vendredi matin, elle a dit redouter de nouveaux attentats avant le premier tour de l'élection présidentielle.

Nous sommes dans la dernière ligne droite face à la présidentielle.

Le conservateur s'est efforcé toute la semaine de montrer l'unité d'une droite qui a frôlé l'implosion.

Le film tunisien ''La belle et la meute'' au Cannes de 2017
Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux? Jeudi le 13 avril 2017, la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania a annoncé la bonne nouvelle sur sa page officielle.

Fin de campagne bouleversée par l'attentat à Paris — Présidentielle
C'est le cas de 89% (=) de ceux de Marine Le Pen, de 82% (+6) de ceux de François Fillon, de 74% (+2) de ceux d'Emmanuel Macron. Les quatre candidats sont au coude à coude, selon les derniers sondages parus le week-end dernier.

Macron creuse son avance sur Le Pen
Mélenchon représente l'extrême-gauche, Marine Le Pen l'extrême-droite et Emmanuel Macron le centre "éclairé" et indépendant. Le candidat du Parti socialiste paie à la fois le quinquennat de Hollande et les divisions du PS à son égard.

Jean-Luc Mélenchon a lui reçu les soutiens du président bolivien Evo Morales et celui plus inattendu, de l'actrice américaine Pamela Anderson.

Au sein de la gauche, de nombreux électeurs s'interrogent encore sur leur vote.

Thèmes au menu: pouvoir d'achat, chômage, international, Europe.et "une ou deux questions de précision du programme".

Chacun a eu également "une carte blanche" sur un sujet de son choix.

Emmanuel Macron a annoncé dans la nuit l'annulation des deux meetings consécutifs programmés à Rouen (12H00) puis à Arras (18H00).

Réponse dans la soirée du principal intéressé: la sensibilité de Sens commun "n'est pas la mienne", a ainsi déclaré François Fillon.

Pour sa part, Marine Le Pen veut "rendre aux Français les clés de la maison France" et milite pour la sortie de l'euro ainsi que "le retour à une monnaie nationale en adéquation avec notre économie", assurant que "tous les étrangers condamnés pour des délits ou des crimes doivent rentrer chez eux".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL