Une élection sous protection — Présidentielle

Vanessa Beaulieu
Avril 21, 2017

"Or, il y aurait 34% d'électeurs se disant encore indécis, et cette marge rend tous les scénarios possibles", a-t-il expliqué.

4% des personnes certaines d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote.

Le candidat de la droite et du centre, François Fillon, gagnerait avec 58%, contre 42% pour sa concurrente frontiste.

Cette élection a déjà connu beaucoup de surprises. Seul Emmanuel Macron est tributaire d'une moitié de vote utile dans son électorat. Jean-Luc Mélenchon affirme que la culture "participe de ce que nous appelons la révolution citoyenne, qui va à l'encontre de la gestion libérale des politiques libérales précédentes ". Il compte une légère avance sur Jean-Luc Mélenchon qui, depuis le premier débat présidentiel qui a eu lieu en mars, surfe sur une bonne dynamique dans les sondages. "Ils tentent tous deux de dépasser ce clivage, mais chacun sur des thématiques différentes".

M. Mérand souligne par ailleurs qu'il peut se passer beaucoup de choses entre le résultat du premier tour et la tenue du second.

Georges Pernoud quitte la présentation de Thalassa
Parmi eux, Georges Pernoud , 69 ans, qui a senti le vent tourner depuis que l'émission "Thalassa" est passée d'une diffusion hebdomadaire à un rythme mensuel.

Carnet noir: l'ancien défenseur international anglais Ugo Ehiogu est décédé
Le Britannique Ugo Ehiogu , ancien joueur d'Aston Villa et de Middlesbrough, a succombé vendredi matin à un arrêt cardiaque. Après avoir reçu des soins du corps médical des Spurs , il avait été transféré à l'hôpital.

#Pop 2017 : en tête sur les réseaux sociaux comme dans les urnes ?
Macron a ironisé sur le choix entre "Thatcher ou Trotski, Fidel Castro ou Maurras". Mais son discours a de quoi surprendre.

Le candidat de la France Insoumise qui tenait mardi soir un meeting à sept endroits différents grâce à l'hologramme continue de s'imposer.

Au second tour, Emmanuel Macron devancerait Marine Le Pen avec 61% des voix contre 39% (sans changement). "Tous deux veulent faire en sorte que la France soit un moteur de l'Union européenne, surtout après le Brexit", analyse le secrétaire général du CEVIPOF.

Si le candidat des Républicains l'emporte, les élections législatives vont certainement jouer leur rôle traditionnel de "confirmation". Interrogé sur une possible nomination à Matignon, comme Premier ministre, dans l'hypothèse d'une élection d'Emmanuel Macron, François Bayrou préfère botter en touche: "Il n'y a que le président de la République, une fois élu, qui puisse se poser la question de savoir de quelle manière son équipe sera constituée. Ça pourrait être le cas, en ce moment, que (Marine) Le Pen soit sous-évaluée", a-t-elle soutenu.

La candidate du Front National n'arrive toujours pas à vaincre le signe indien dans les sondages pour le second tour de la présidentielle prévue pour le 7 mai prochain.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL