Présidentielle 2017. Sondage "rolling": Macron accentue son avance

Vanessa Beaulieu
Avril 22, 2017

Selon un sondage Harris Interactive publié jeudi soir, avec 24,5% (+0,5) d'intentions de vote, Emmanuel Macron a creusé l'écart avec Marine Le Pen (21%), en baisse d'un point en une semaine. Philippe Poutou est toujours crédité de 1,5 % des suffrages et devance Jean Lassalle (1 %, +0,5 point). "Même s'il ne s'agit pas d'un débat, la moindre émission compte", en pleine "bataille du vote utile" à gauche entre Mélenchon et Macron, relève Chloé Morin, directrice de l'observatoire de l'opinion de la Fondation Jean-Jaurès.

Pour sa part, Marine Le Pen veut "rendre aux Français les clés de la maison France" et milite pour la sortie de l'euro ainsi que "le retour à une monnaie nationale en adéquation avec notre économie", assurant que "tous les étrangers condamnés pour des délits ou des crimes doivent rentrer chez eux".

Deux jours avant le premier tour de la présidentielle, la dernière journée de campagne se retrouve bouleversée par l'attentat jihadiste qui a coûté la vie à un policier jeudi soir à Paris.

Les journalistes David Pujadas et Léa Salamé continuaient d'interroger les candidats en tenant les téléspectateurs informés en direct des circonstances encore floues des conditions des tirs qui ont tué un policier et blessé un autre. "Je ne ferai rien sans le peuple français ni contre lui", a-t-elle affirmé.

Parmi les premiers à s'exprimer, la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen et le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, tous deux dans le quatuor de tête de la course présidentielle, ont réitéré leurs critiques de l'Europe. "Comment croire sur ce sujet un candidat qui lorsqu'il était Premier ministre en avait supprimé 13.000 dans les forces de sécurité intérieure?", a-t-il dit, rappelant que le candidat de droite propose de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires. Ce taux bondit de 15 points chez Benoît Hamon, à 68%.

Attaque aux Champs-Elysées. Les trois infos à retenir
L'attaque a été revendiquée très rapidement par l'Etat Islamique (EI) via un communiqué de son agence de propagande, Amaq. François Fillon et Marine Le Pen ont annoncé immédiatement qu'ils annulaient leurs déplacements prévus vendredi.

Macron et Le Pen ex aequo au dernier jour de la campagne
La transformation de ce score d'intentions de vote dans les urnes dimanche sera étroitement corrélée au niveau de participation . Le candidat socialiste reste toutefois fragile, seuls 58% de ses électeurs se disant sûrs de voter pour lui.

Convertisseur catalytique Spectra
La marque a un nom reconnu et une bonne réputation si vous songez à remplacer le convertisseur. Tout le monde doit jouer son rôle pour assurer que la grande catastrophe est atténuée.

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a lui confirmé quil irait en Seine-Saint-Denis puis dans lEssonne. Mais, pas de débat possible dans ce format inédit, objet de nombreuses tractations entre la chaîne publique et les équipes de campagne.

C'était la dernière grande fenêtre médiatique avant l'échéance de dimanche, notamment pour les quatre en position d'accéder au second tour au vu des intentions de vote: Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. L'incertitude a longtemps plané sur l'émission, qui suit un premier débat sur TF1 avec les cinq mieux placés dans les sondages, le 20 mars, et un deuxième, le 4 avril sur BFMTV et CNews, avec tous les candidats.

Si après les primaires à droite et le "Penelopegate " François Fillon se trouvait dans le ventre mou des sondages, à quelques jours du premier tour il reprend des couleurs. Dans la foulée, l'ancien Premier ministre de droite Dominique de Villepin a annoncé son soutien à l'ancien ministre de l'Economie, qui a également reçu dans l'après-midi le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Jean-Luc Mélenchon est distancé à 18% (-1) et Benoît Hamon est donné derrière à 8% (=).

Emmanuel Macron lors d'un meeting à Bercy (Paris), lundi 17 avril 2017.

Il participera notamment à 19h00 à Paris à lun des nombreux "apéros insoumis" organisés dans toute la France, accompagné notamment du leader de Podemos, lEspagnol Pablo Iglesias. Marine Le Pen sera elle à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) dans un refuge de la Société de protection des animaux.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL