Enceinte de quatre mois, une femme avortée par erreur réclame justice — Lille

Henri Michaux
Avril 27, 2017

"Pour eux, c'était de ma faute. Ils m'ont fait culpabiliser". Enceinte de 4 mois, sa grossesse est à risques.

En mai 2011, une jeune femme, Zahra E., était entrée dans cet établissement hospitalier pour y subir un cerclage du col de l'utérus. Dans la chambre voisine, une patiente attend pour un curetage. Sans vérifier l'identité des deux femmes, une sage-femme stagiaire les confond et donne à Zahra le comprimé abortif. Inquiète, elle alerte le personnel médical qui la rassure dans un premier temps.

6 ans après, la douleur psychologique est toujours vive pour Zahra. "Ils m'ont dit que je ne portais plus l'enfant". Le temps que je comprenne ce qu'il m'arrivait, ils m'avaient remis le masque sur le nez. "Puis, l'équipe médicale explique cette fausse-couche par son poids et ses problèmes de fertilité " puisque la jeune femme est tombée enceinte après cinq années d'essai ". "Je n'ai pas les compétences médicales pour en juger, alors je les ai écoutés", se souvient Zahra.

Deux jours plus tard, les soignants reviennent vers elle avec une vraie raison cette fois.

Le médicament abortif qu'elle doit recevoir - du cytotex- est administré par erreur à Zahra. L'emballage a été retrouvé dans une poubelle.

Le face-à-face tendu entre Emmanuel Macron et les salariés de Whirlpool
Le porte-parole a redit que la seule ligne existante, c'était: " aucune voix pour le Front national ". Il a estimé que la présence de la candidate FN au second tour était un " séisme politique ".

Sondage présidentielle 2017 Ifop : reports de voix toujours favorables Macron (61%)
Marine Le Pen a expliqué pourquoi elle pensait que le scrutin présidentiel représentait un "enjeu de civilisation". Macron si celui-ci accède à l'Elysée .

Cyclisme. Tour de Romandie : Küng s'offre la 2e étape, Barguil abandonne
Le 71e Tour de Romandie se terminera dimanche par un contre-la-montre de 18,3 km à Lausanne. Vendredi , la 3e étape sera disputée sur 187 km sur un circuit autour de Payerne .

Malgré tout, le couple en veut plus à l'hôpital qu'à la sage-femme.

Le choc est immense.

Après avoir porté plainte, et après maintes péripéties judiciaires, ce mercredi 26, Zahra et son époux ont à nouveau fait face à ce drame, en justice, devant la sixième chambre correctionnelle de Lille.

En septembre dernier, le tribunal de grande instance de Lille juge l'affaire. Le couple est indemnisé à hauteur de 53 935€, mais le groupement des hôpitaux catholiques de Lille fait appel et la somme est réduite de moitié par la cour d'appel de Douai.

15 000 euros d'amende supplémentaires ont été requis à l'encontre de l'hôpital ce mercredi à l'issue du procès au pénal. L'infirmière en charge de Zahra et la sage-femme stagiaire sont poursuivies " pour blessures involontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail (ITT) supérieure à trois mois ". Le tribunal devra également déterminer la responsabilité de l'hôpital. Quant à l'infirmière qui encadrait la stagiaire, elle a affirmé avoir "donné le bon numéro et le nom de la patiente", raconte 20 Minutes. "Elle est là pour apprendre et a fait une erreur, mais c'est à ses responsables de veiller à ce que tout se passe comme il faut", a déclaré Zahra.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL