Présidentielle 2017 : "Les dégâts sont considérables" pour Debout la France

Aubin Brasseur
Mai 3, 2017

Florian Philippot s'est de son côté félicité de ce ralliement: "Merci beaucoup Nicolas Dupont-Aignan pour ce soutien courageux, ce geste patriote qui vous honore". "Hollande, pas très loin d'ici, c'était au Bourget, disait: "Mon véritable adversaire, il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne, cet adversaire c'est la finance", a-t-elle lancé. Les français conserveront le choix entre deux patriotismes, comme ils l'ont eu au premier tour de la présidentielle.

En effet, son candidat, Nicolas Dupont-Aignan, a indiqué ce vendredi 28 avril 2017 son soutien à Marine Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle. "Pitoyables", a tweeté M. Dupont-Aignan.

Depuis dimanche soir, la candidate du Front National n'a cessé d'envoyer des appels en direction du candidat souverainiste, qui a obtenu 4,7 % des suffrages au premier tour de la présidentielle.

"Ce à quoi on a assisté hier me semble être une combine d'appareil, qui a vocation à régler les problèmes de crédibilité de Mme Le Pen, qui (...) n'a pas d'équipe autour d'elle, et les problèmes de financement de M. Dupont-Aignan", a-t-il ajouté.

Présidentielle - Sondage : Emmanuel Macron toujours en tête
Sur la chaîne de télévision TF1, il a ensuite dénoncé un parti, le FN, qui "porte la haine et la division du pays". Ce dernier a été visiblement le favori des jeunes pour ce premier tour de la présidentielle.

A 5 jours de la présidentielle, deux sondages donnent Macron largement favori
Fillon? Cependant, la candidate du Front national monte dans les sondages, tandis qu'Emmanuel Macron est en recul. Il y a 15 ans, ils étaient 1,3 million à dire leur "honte d'être Français" et appeler à contrer l'extrême droite.

Le FN promet le retour de la baguette payée en francs
Avant d'affirmer qu'elle ne sera pas "en capacité de rester en situation" si l'abandon de l'euro est rejeté par les Français. Elle dédiabolise un peu plus le FN" commentait vendredi le politologue spécialiste des droites extrêmes Jean-Yves Camus.

Le candidat d'En Marche!, en visite dans une exploitation agricole d'Usseau (Vienne) au lendemain d'un meeting à Chatellerault, a aussi affirmé que le projet de sa rivale "rendra plus difficile" le quotidien des agriculteurs notamment par la "fermeture des frontières".

Cette alliance est un signal envoyé à l'électorat de droite pour Mme Le Pen, dont la formation est souvent considérée comme isolée, mais aussi un tournant dans le parcours de M. Dupont-Aignan, ancien du RPR qui ne cesse d'invoquer le général de Gaulle et qui a sévèrement critiqué, encore ces derniers mois, les "excès" du FN et de son "arrière boutique". Un déplacement qualifié de "safari ruralité" par le FN.

Dans une lettre de démission, datée du 30 avril et rendue publique le 1er mai, le représentant de Debout la France dans l'Indre ne mâche pas ses mots. Puis il a poursuivi qu' "En votant Marine Le Pen, les Français ne donnent pas un chèque en blanc à l'Europe".

"Elle évoquait, elle, le cas où les Français, par référendum (...) décideraient face à une obstruction de l'Union européenne, de reprendre leur liberté totale et dans ce cas-là on rentre dans le cadre des procédures du Brexit, à savoir l'article 50 avec les deux ans de négociations", a expliqué la candidate.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL