Uber doit rendre les documents à Google — Voiture autonome

Marie-Ange Beliveau
Mai 17, 2017

Du moins le géant du VTC (voiture de transport avec chauffeur), déjà dans la panade, a-t-il évité le pire, semble-t-il.

Dans la série noire qui frappe actuellement la société de Uber, une embellie s'est faite.

Au-delà du progrès technologique que constitue ce partenariat, il permet surtout à Waymo d'affaiblir Uber, devenu son pire ennemi depuis que la filiale de Google accuse la firme de Travis Kalanick d'avoir volé sa propriété intellectuelle. Enfin, un conseiller juridique d'Alphabet pourra également inspecter les travaux de Uber et plus particulièrement sur les LIDAR (télédétection laser). Ce qui aurait été catastrophique pour l'entreprise aux pertes astronomiques - près de 3 milliards de dollars - qui mise beaucoup sur la technologie des véhicules intelligents pour (re) trouver le chemin de la rentabilité. La filiale de Google affirme qu'il avait téléchargé, en décembre 2015, plus de 14.000 fichiers d'un serveur confidentiel sur un ordinateur portable.

Le juge lui ordonne désormais de restituer, d'ici au 31 mai à midi, les 14 000 fichiers dérobés par l'ingénieur Anthony Levandowski à Waymo avant son départ de l'entreprise et son futur recrutement par Uber.

Ligue 1: Monaco, le point final de l'épopée
Monaco a un match en retard mercredi contre Saint-Etienne et il lui suffira de ne pas perdre pour être mathématiquement sacré. En s'imposant 4-0 contre Lille ce dimanche soir lors de la 37e journée de Ligue 1 , Monaco est presque champion de France.

Premier geste de Macron sur l'engagement de la France — Sahel
Il avait d'ailleurs continué sa journée marathon en se rendant, sans les journalistes, à l'Hôpital militaire de Percy. Elle concerne cinq pays du Sahel: le Mali , le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et la Mauratine.

Dieselgate: l'UE ouvre une procédure d'infraction contre l'Italie
Vers 12h35 GMT, le titre Fiat Chrysler cédait 1,09% à 10,01 euros alors que l'indice regroupant les valeurs automobiles européennes perdait 00,23%.

Aussi, parmi les autres contraintes imposées, un expert mandaté par la justice sera chargé de surveiller les communications (écrites et vocales) et actions de Anthony Levandowski afin de vérifier que celui-ci ne travaille plus sur le programme de voiture autonome.

Pour réduire le nombre de bouchons, notamment dans les grandes villes, les deux entreprises voient alors là un bon moyen de contrer ces derniers, en mêlant notamment un service de location de voitures et des voitures autonomes. C'est d'ailleurs par ce dernier que les ennuis judiciaires d'Uber sont apparus, car Anthony Levandowski travaillait auparavant pour le projet Waymo.

Celles-ci sont liées aux Lidar, dans lesquels Waymo affirme dans sa plainte avoir investi "des dizaines de millions de dollars et des dizaines de milliers d'heures d'ingénierie". Il avait précisé avoir fait cette demande sur la base des "preuves disponibles" mais sans prendre position "sur le point de savoir si des poursuites étaient justifiées ou non".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL