Critiqué, Trump défend son droit de partager des informations avec Moscou

Vanessa Beaulieu
Mai 18, 2017

Selon le Washington Post, qui se base sur des informations de hauts fonctionnaires américains passés et actuels, le président américain aurait dévoilé des informations hautement confidentielles au ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et à l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis Sergueï Kislyak, lors d'une réception à la Maison Blanche mercredi dernier.

Donald Trump est bavard, tellement que des officiels préviennent le Washington Post: il aurait révélé une information top secrète, obtenue par une "taupe" d'un pays allié, infiltrée dans le groupe État islamique en Syrie.

Les paris en ligne étant très rarement autorisés aux Etats-Unis, ces probabilités ne reflètent que très vaguement les opinions américaines.

Dès le petit matin, il avait tenté de contre-attaquer en dénonçant dans un tweet "les fuites" venant selon lui du monde du renseignement. La divulgation de ces informations sensibles pourrait donner des indications sur la façon dont elles ont été collectées, et pourrait par ailleurs mettre en difficulté des sources.

"A aucun moment, des méthodes de renseignement ou des sources n'ont été évoquées", a-t-il martelé, sans cependant explicitement contester que des informations classifiées aient été divulguées par le président américain. Selon le général H.R. McMaster, qui dirige le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, MM. En revanche, il explique, sans démentir la diffusion d'informations confidentielles, que le président Trump et Sergueï Lavrov ont discuté des menaces posées par les organisations terroristes, ce qui pourrait justifier le quiproquo de l'histoire. Le président américain "a révélé plus d'informations à l'ambassadeur russe que nous n'en avons partagé avec nos propres alliés", a indiqué, sous couvert d'anonymat, un responsable américain cité par le quotidien.

L'alliance En Marche- MoDem largement en tête des votes — Sondage législatives
Europe Ecologie-Les Verts est stable, à 3%, tout comme Debout la France, à 3%. Emmanuel Macron lors d'un meeting durant la campagne présidentielle de 2017.

Le nouveau gouvernement sera connu ce mercredi à 15h
La députée EELV Cécile Duflot craint que Nicolas Hulot ne soit qu'un "trophée " pour Emmanuel Macron s'il entre au gouvernement. Les rumeurs continuent donc quant aux noms qui pourraient être retenus à tel ou tel poste.

Comment va-t-il après son malaise — Jean-Christophe Lagarde
Le député maire de Drancy, âgé de 49 ans, se serait senti mal aux alentours de 9h30, alors qu'il se trouvait dans sa voiture. Il précise qu'il est en train de passer des examens, mais que Jean-Christophe Lagarde n'a pas eu de crise cardiaque.

De son côté, le Kremlin a qualifié mardi de "n'importe quoi" cette affaire.

Avant son limogeage, le chef du FBI James Comey avait annoncé que ses services enquêtaient sur une éventuelle "coordination" entre l'équipe de campagne du milliardaire américain et la Russie. Deux commissions parlementaires s'intéressent également à la Russie, soupçonnée d'ingérence dans la campagne américaine.

"Si c'est avéré, Trump n'a pas seulement compromis nos propres sources de renseignement, mais aussi celles d'un autre pays", poursuivent les auteurs.

Pour le blogue américain spécialisé Lawfare - une référence aux États-Unis, notamment sur les questions légales relatives au terrorisme -, "il s'agit peut-être de la plus grave accusation de mauvaise conduite présidentielle en quatre mois d'une administration Trump plombée par les scandales".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL