L'équipe de Donald Trump savait que Flynn était visé par le FBI

Aubin Brasseur
Mai 18, 2017

La nomination de Mueller, qui a notamment pour effet de rassurer un FBI échaudé par ce limogeage et les critiques récurrentes du président américain, a été décidée "dans l'intérêt public", décrit un communiqué signé par le numéro deux du ministère de la Justice, Rod Rosenstein, en première ligne depuis que Jeff Sessions s'est récusé dans l'enquête sur les liens avec la Russie. Aux élèves, il a prodigué ce conseil, inspiré par sa propre aventure politique: "Ne laissez jamais, jamais tomber".

Donald Trump avait d'abord justifié le limogeage de James Comey par sa gestion de l'affaire des emails d'Hillary Clinton avant d'admettre qu'il avait depuis longtemps décidé de se débarrasser du haut policier, dont le mandat courait jusqu'en 2023.

Mardi soir, des révélations de la presse américaine ont ébranlé la Maison-Blanche, affirmant que le président américain avait demandé en février à M. Comey de classer l'enquête sur Michael Flynn, son éphémère conseiller à la sécurité nationale accusé de contacts suspects avec la Russie. Le chef du FBI aurait consigné cette tentative d'étouffer une enquête dans des notes dont plusieurs médias américains ont fait état. Mais aujourd'hui c'est atterrant: "c'est préoccupant parce que cela démontre qu'il est difficile d'imaginer jusqu'où peuvent aller les gens qui génèrent ces inepties et ce délire", a poursuivi le président russe.

A ces événements s'ajoutait une affaire distincte reflétant selon les détracteurs de M. Trump son incapacité à exercer la fonction suprême.

Il a également déclenché la consternation parmi les élus et les milieux du renseignement en partageant des informations secrètes sur un projet d'opération du groupe État islamique avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, la semaine dernière, dans le Bureau ovale. La Maison Blanche ne conteste pas le fond de ces révélations mais insiste sur le fait que le partage d'informations est une prérogative absolue du président.

Des experts soulignent que la seule révélation de ces informations pourrait permettre aux Russes de remonter à la source et d'en déduire la façon dont les renseignements ont été recueillis.

Canfin (WWF) juge impensable la poursuite de NDDL avec Hulot au gouvernement
C'est en janvier 1996 que la fille de Jean-Jacques Lasserre, sénateur UDI des Pyrénées-Atlantiques, a rencontré Nicolas Hulot . Directrice du cabinet du ministre de l'environnement Michel Barnier (1993-1995), elle a présidé l'Ademe, de 2003 à 2008.

France: parité hommes-femmes et panachage politique pour le nouveau gouvernement
Une telle majorité (289 députés sur 577) n'est pas acquise d'avance pour La République en Marche , le mouvement de M. Même si "cohérence ne veut pas dire uniformité".

Lacazette, Gameiro, Bakayoko: les leçons à tirer de la liste de Deschamps
Le collectif a toujours été au-dessus de tout. "Elle a continué de l'être dans cette phase de qualification". C'est toujours dans le sens de ce que je pense bien pour l'équipe de France ", a-t-il conclu sur le sujet.

En Israël, où M. Trump arrivera lundi lors d'une tournée internationale, le gouvernement se gardait de tout commentaire.

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a assuré qu'il n'y avait eu "aucune perturbation" dans les relations avec les alliés des Etats-Unis, mais beaucoup d'experts s'interrogeaient sur l'avenir de la coopération entre alliés en matière de renseignement.

Le puissant Mitch McConnell, gardien de la feuille de route républicaine au Sénat, a regretté les "psychodrames" à répétitions, une rare admonestation. Selon le New York Times, Mike Flynn, l'ex-conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, avait prévenu l'équipe du président élu qu'il faisait l'objet d'une enquête fédérale mais cela n'a pas empêché sa nomination. Les réactions ont fusé au Congrès où la pression monte depuis quelques jours pour que James Comey vienne livrer sa version des faits.

"Nous avons besoin des faits", a déclaré le président de la Chambre, Paul Ryan, appelant à garder la tête froide.

Des fissures commençaient à apparaître dans la digue républicaine.

Certaines enquêtes indépendantes ont pu s'étaler sur des années.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL