États-Unis : Trump a-t-il livré à Moscou des informations secrètes ?

Marie-Ange Beliveau
Mai 18, 2017

" Aucune source de renseignement, ni méthode, n'a été discutée à aucun moment, et aucune opération militaire n'a été divulguée, qui n'était pas déjà connue publiquement ", a-t-il ajouté. Des données collectées par un partenaire des États-Unis, qui n'a pas autorisé Washington à les partager avec Moscou. Il aurait donné au diplomate russe le nom de la ville occupée par Daech dans laquelle une information sensible a été récupérée par un allié.

La Maison-Blanche a rejeté lundi soir avec force un article du Washington Post.

H. R. McMaster, conseiller américain à la sécurité nationale, dément que le président Donald Trump a partagé des informations sensibles avec Moscou, devant la Maison Blanche, le 15 mai 2017. Trump et Lavrov "ont passé en revue les menaces posées par des organisations terroristes, y compris les menaces pesant sur l'aviation", a-t-il ajouté.

Selon les responsables cités par le Washington Post, Donald Trump s'est écarté de ses notes et a décrit dans le détail une menace liée à l'EI, concernant l'usage d'ordinateurs portables à bord d'avions.

Selon le Times, " un responsable américain connaissant la manière dont les Etats-Unis ont obtenu l'information " a indiqué qu'Israël était la source des renseignements en question.

Hulot, la mauvaise conscience écologique au gouvernement
Deux membres du Parti radical de gauche ont aussi été désignés, Jacques Mézard à l'Agriculture et Annick Girardin à l'Outre-Mer. La femme de 59 ans est membre du Parlement européen depuis 2009, mais sa carrière politique a débuté au début des années 1990.

Un Amiénois habite désormais l'Élysée : Emmanuel Macron investi président
Au dessus du proche, une grande banderole avait été accrochée disant " merci " à l'ex-Premier secrétaire du PS, de 1997 à 2008. De son côté, François Hollande s'est rendu au siège du PS, rue de Solférino, comme l'avait fait François Mitterrand en 1995.

Kuyt termine en beauté — Feyenoord
Sous le maillot des Pays-Bas, il a joué 104 matches, dont la finale perdue contre l'Espagne lors du Mondial 2010. Dirk Kuyt ne pouvait pas rêver meilleur moment pour annoncer sa retraite sportive.

Démentant les accusations de transmissions dangereuses d'informations, le conseiller national à la sécurité de Trump, H.R. McMaster, a souligné mardi que les révélations de Trump aux responsables russes sur une menace terroriste du groupe Etat islamique (EI) étaient " totalement appropriées", et était un partage d'information classique.

Il convient de noter que précédemment le président russe avait hautement apprécié les résultats de la rencontre entre Donald Trump et Sergueï Lavrov. Le quotidien précise qu'il a décidé de ne pas publier plus de détails sur ce projet terroriste à la demande expresse de responsables américains.

Selon le Washington Post, les informations dévoilées à Sergueï Lavrov et à l'ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kislyak, ont été fournies dans le cadre d'un accord d'échange de renseignements.

La divulgation de telles informations confidentielles, illégales pour la plupart des personnes, ne devrait toutefois pas inquiéter le président américain, ce dernier ayant la capacité de lever le secret gouvernemental, précise le journal.

Cette réunion est intervenue au lendemain du limogeage par le président américain du patron du FBI James Comey, dont les services sont chargés d'enquêter sur l'éventuelle collusion entre la campagne présidentielle de Donald Trump et la Russie.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL