Avant les législatives, l'hémorragie des élus LR vers le camp Macron s'amplifie

Leopold Bellegarde
Mai 19, 2017

En réponse à l'appel lancé par plus d'une centaine d'élus LR et UDI, visant à "répondre à la main tendue" par Emmanuel Macron, l'ensemble des candidats LR et UDI investis pour les élections législatives ont lancé mardi soir un "contre appel" au "rassemblement" autour du projet de la droite et du centre, après la nomination d'Edouard Philippe à Matignon. Le nom du député LR de l'Eure circule pour rejoindre le nouveau gouvernement. "Nos familles politiques de la droite et du centre doivent répondre à la main tendue par le président de la République", indique ce communiqué signé, notamment, par des figures telles que Christian Estrosi, Gérald Darmanin, Benoist Apparu et Thierry Solère. Plutôt que les anathèmes, les caricatures, les exclusions, nous demandons solennellement à notre famille politique d'être à la hauteur de la situation de notre pays et de l'attente des Français (...).

L'accession de M. Philippe à Matignon constitue un sérieux revers pour la droite, déjà éprouvée par sa cinglante défaite au premier tour de la présidentielle.

François Baroin, chef de file du parti Les Républicains pour les élections législatives, a fait cette annonce devant une soixantaine de députés LR réunis en fin de matinée à l'Assemblée. Notre projet est clair, sur la diminution des impôts, sur l'augmentation du pouvoir d'achat, sur la restauration de l'autorité de l'Etat et sur la protection des Français.

Pour y répliquer, rapporte "le Figaro", la direction des Républicains a décidé ce mardi de lancer un contre-appel adressé aux 577 candidats LR-UDI.

Hulot sur la ligne Macron
Reste à voir si ce décisif rendez-vous législatif conférera, ou pas, une majorité à Emmanuel Macron. D'abord, le nouveau ministre de la Transition écologique a obtenu un ministère d'État.

Cannes 2017 : retour sur les plus beaux looks de la cérémonie d'ouverture
De quoi chauffer toute une salle... et tout un festival! Les cauchemars le traquent dans son sommeil, jusqu'au bord de la démence. Juger les films sur tous les plans et non plus comme simple spectateur.

Donald Trump se pose en victime — Etats-Unis
Un procureur spécial dispose de l'autorité pour mener son enquête plus indépendamment de la hiérarchie du ministère de la Justice. Ce dernier avait cependant accordé une interview à CNN , durant laquelle il avait évoqué la destitution de Donald Trump .

"Ce projet n'est évidemment pas celui des candidats En Marche!", le parti d'Emmanuel Macron, ajoutent-ils. Il "félicite" toutefois le nouveau Premier ministre Edouard Philippe qui s'est revendiqué "homme de droite" lors de son premier discours.

"Ceux qui veulent faire croire qu'ils pourront demain imposer une cohabitation à Macron bernent un peu nos compatriotes" car la droite est déjà "fracturée, entre ses électeurs qui aspirent à une alternance et ses dirigeants qui pour un certain nombre d'entre eux soutiennent Macron", affirme Nicolas Bay, secrétaire général adjoint du FN.

Ainsi, une vingtaine d'élus LR et UDI ont publié un communiqué de presse commun ce lundi pour réagir à "l'acte politique de portée considérable" que constitue cette nomination.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL