La Bourse de Paris finit dans le rouge

Aubin Brasseur
Mai 19, 2017

La Bourse de Paris évoluait dans le rouge mercredi (- 0,56 %) à l'orée d'une séance qui s'annonce de nouveau calme et pauvre en indicateurs, les derniers rebondissements du côté de Washington continuant à préoccuper les investisseurs.

Vers 10h45, le CAC 40 cède 0,4% à 5.382 points, dans des volumes une fois encore très réduits (à peine 673 millions de titres échangés).

"Faute d'indicateurs macroéconomiques majeurs, le marché est plutôt en phase de consolidation, comme l'a montré l'évolution de l'indice parisien (mardi)". Cette phase a toutes les chances de se prolonger au moins jusqu'à vendredi', commente-t-on chez Saxo Banque.

Selon ce dernier toutefois, deux éléments pourraient venir perturber cette léthargie: une appréciation plus rapide que prévu de l'euro et une nouvelle surprise du côté de l'administration américaine.

Les marchés actions ont perdu du terrain dès la matinée en Asie après l'information selon laquelle Donald Trump a demandé en février à James Comey, qui était encore directeur du FBI, de mettre un terme à l'enquête sur les contacts russes de son ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn.

"L'incertitude politique entourant Donald Trump donne assurément des raisons aux traders pour prendre leurs bénéfices".

12e étape du Giro: passe de trois pour Gaviria
Ses principaux adversaires, André Greipel (Lotto-Soudal) et Caleb Ewan (Orica-Scott) sont plus loin. La 12e étape, uniformément plane, conduit de Reggio Emilia à Tortona (167 km).

La Nuit des musées, c'est samedi !
Visites éclairées, parcours ludiques, ateliers, projections, dégustations, concerts ou spectacles de danses. En Isère, la plupart des musées sont associés à l'évènement qui se tiendra cette année le samedi 20 mai.

États-Unis : Trump accusé d'avoir exigé l'arrêt d'une enquête du FBI
Pour Leon Panetta, ancien directeur de la CIA, cette nouvelle affaire "entame la crédibilité de la présidence" américaine. Le pays est éprouvé de façon sans précédent", a lancé le leader de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer.

"Les marchés redoutent, non pas la destitution potentielle du président américain en elle-même, un scénario qui reste hypothétique, mais la perspective d'une procédure longue et incertaine", ont-ils expliqué.

Les stocks hebdomadaires de pétrole brut aux Etats-Unis seront également scrutés de près après l'annonce en début de semaine d'un accord entre l'Arabie Saoudite et la Russie pour limiter la production de brut.

Suez lâchait 1,63% à 15,99 euros après que le groupe de gestion de l'eau et des déchets a annoncé le lancement d'une augmentation de capital de 750 millions d'euros, destinée à financer une partie de l'acquisition de l'américain GE Water.

SFR se repliait de 0,23% à 30,85 euros.

EDF a en revanche retrouvé quelques couleurs (+1,16% à 8,95 euros) après avoir chuté de plus de 6% la veille après l'annonce de la nomination de Nicolas Hulot comme ministre de la Transition écologique.

Wendel a lâché 2,85% à 132,80 euros malgré un chiffre d'affaires consolidé en hausse de 10,1% à 2,15 milliards d'euros au premier trimestre, soutenu notamment par une bonne performance de sa filiale Bureau Veritas.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL