"La fermeture de Fessenheim aura lieu dans la concertation" — Hulot

Vanessa Beaulieu
Mai 19, 2017

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb a déclaré vendredi, vouloir travailler à la "médiation" avec l'ensemble des acteurs de l'épineux dossier de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, tout en mettant en garde contre une "certaine radicalisation".

Le Premier ministre avait confirmé la veille la nomination d'un médiateur dans ce dossier afin de prendre une décision "claire" et "assumée"."On va sortir de la confrontation et on va rentrer dans la consultation et la coopération, sur ce sujet et sur beaucoup d'autres", assure aussi Nicolat Hulot. L'annonce de l'entrée au nouveau gouvernement du militant écologiste Nicolas Hulot, perçu comme réfractaire à l'énergie nucléaire dont EDF est un des principaux producteurs mondiaux, avait fait chuter le titre du groupe à la Bourse de Paris mercredi, alors qu'elle avait grimpé en début de semaine avec la nomination du Premier ministre Edouard Philippe, ancien d'Areva.

Selon M. Philippe, Nicolas Hulot aura dans ses nouvelles fonctions l'occasion de "mettre en oeuvre des convictions auxquelles il croit".

A propos de Notre-Dame-des-Landes, "il existe d'autres alternatives, la médiation qui va démarrer probablement en fera la démonstration", a-t-il estimé. Toutes les options sont sur la table.

"Dans ma génération, on a connu, par exemple, les dérives qui ont pu avoir lieu en Allemagne et en Italie", a souligné M. Collomb, 69 ans, faisant référence aux actions violentes des Brigades Rouges ou de la Bande à Baader qui ont ensanglanté la péninsule italienne et la République fédérale d?Allemagne (RFA) dans les années 1970 et 1980. "Il y a probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres". Il a personnellement dit son opposition au projet d'aéroport pendant longtemps avant de se plier au résultat de la consultation de juin dernier et à la victoire du oui.

Alexandre Allard: l'enfance et la petite enfance
La société a fusionné avec Babyloan pour devenir la plus grande communauté dans le domaine du financement participatif en France. Alexandre Allard veut alors faire de cet endroit, un espace de rencontre et de découverte pour les artistes contemporains.

La prise de guerre d'Emmanuel Macron — Nicolas Hulot
Comment seront arbitrées les positions apparemment assez contradictoires des différents membres du gouvernement sur le nucléaire? Son idée d'inscrire une charte de l'Environnement dans la Constitution était toutefois devenue réalité en mars 2005.

Le nouveau gouvernement français "bâti pour durer"
Depuis lundi, 120 élus de la droite et du centre ont signé un appel à "répondre à la main tendue" par le nouveau président. L'équipe respecte la parité hommes-femmes, mêle juniors et seniors, poids-lourds politiques et nouveaux visages.

Certains observateurs considèrent même qu'il pourrait appuyer la décision d'instaurer un prix de vente garanti pour l'électricité produite par les futurs réacteurs nucléaires français - à l'instar du choix de la Grande-Bretagne. La députée européenne EELV rappelle que Nicolas Hulot a décliné plusieurs postes de ministres: "s'il rentre dans le gouvernement de Macron, c'est qu'il a obtenu des engagements".

" Ce qui est très important, c'est de faire baisser cette part, pas pour des raisons dogmatiques".

Avant de conclure: "Le nucléaire qu'on soit pour ou contre de toute façon on ne peut pas s'en passer demain matin".

"Il faut faire attention à ce que la violence du langage d'un certain nombre d'hommes et de femmes politiques ne finisse pas dans la violence des actes", a-t-il poursuivi.

La filière industrielle nucléaire française compte 2.500 entreprises et emploie près de 220.000 salariés (emplois directs et indirects). "Chacun a conscience qu'il faut qu'on travaille main dans la main".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL