La République en Marche dévoile ses candidats aux législatives

Leopold Bellegarde
Mai 19, 2017

Le mouvement d'Emmanuel Macron a présenté jeudi 428 candidats pour bâtir une "majorité de changement" pour les législatives de juin, avec plus d'une moitié de débutants en politique, et sans le ténor socialiste Manuel Valls pour lequel une solution de compromis a été trouvée.

Sur les 428 candidats investis sélectionnés à partir de "19.000 dossiers" déposés, il y a "52% de candidates et candidats issus de la société civile au sens qu'ils n'ont jamais exercé de mandat électif", a indiqué Richard Ferrand, au cours d'une conférence de presse.

Le lieutenant d'Emmanuel Macron a également fait savoir qu'il n'investirait pas de candidat face à Manuel Valls, dans l'Essonne, qui avait fait cette semaine de claires offres de service. Le reste des 148 noms manquants devrait être réglé d'ici mercredi prochain, a ajouté Richard Ferrand en affirmant que le parti souhaitait " que puisse être maintenu vivant un espace permettant la recomposition du paysage politique français ". La commission d'investiture se laisse le temps d'examiner davantage de candidatures, et laisse ainsi la possibilité à certains candidats, notamment LR, de faire acte de candidature.

Le président du MoDem, François Bayrou, pourtant allié de la première heure à Emmanuel Macron, a annoncé vers 20h hier, la convocation du bureau politique de son parti pour ce vendredi soir: "La liste des investitures (...) n'est en aucun cas celle à laquelle le MoDem a donné son assentiment". Les observateurs ont salué ce vent de renouveau, mais aussi qu'Emmanuel Macron avait pour l'instant ménagé des ténors de droite et de gauche en n'investissant jeudi aucun candidat pour les législatives dans leurs circonscriptions.

# Pourquoi 428 candidats et non 577?

La cote de confiance d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe très basse
Depuis lundi, 120 élus de la droite et du centre ont signé un appel à "répondre à la main tendue" par le nouveau président. Une telle majorité (289 députés sur 577) n'est pas acquise d'avance pour La République en Marche, le mouvement de M.

"Il existe d'autres alternatives" à Notre-Dame-des-Landes — Hulot
Nicolas Hulot est farouchement opposé aux traités commerciaux transatlantiques, défend l'agriculture biologique et l'agroécologie. Edouard Philippe a justifié sa position par le référendum réalisé en 2016, qu'on ne peut pas " rayer d'un trait de plume ".

Microsoft met en garde — Cyberattaques
Toutefois, a-t-il mis en garde, "il faut s'attendre à avoir dans les jours, les semaines à venir, des répliques régulières ". C'était un peu l'inquiétude ce lundi matin pour les responsables de la sécurité informatique des grandes entreprises .

Le secrétaire général de la République En Marche! Toutes ont été soumises à cinq critères: " Le renouvellement, la parité réelle, la probité, le pluralisme politique et la cohérence", a précisé le secrétaire général du mouvement, Richard Ferrand.

Parmi les candidats ont notera la présence de personnalités comme le président du club de rugby de Toulon Mourad Boudjellal dans le Var, l'ancienne torera Marie Sara dans le Gard, le conseiller en communication de François Hollande Gaspard Gantzer en Île-et-Vilaine, le juge Eric Halphen dans le Calvados ou encore le mathématicien Cédric Villani dans l'Essonne. "Cette liste signe le retour définitif des citoyens au cœur de notre vie politique", s'est félicité Richard Ferrand. 24 sont des députés socialistes sortants.

A ce petit jeu, plusieurs candidats LR ont été bichonnés par En Marche! Le cas a été tranché par Emmanuel Macron directement.

En campagne dans le Nord, François Baroin, chef de file de la droite (Les Républicains) pour les législatives a pour sa part qualifié les investitures du camp Macron d'"opération de recyclage du parti socialiste en déshérence".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL