Macron nomme son premier gouvernement ouvert et paritaire

Vanessa Beaulieu
Mai 19, 2017

M. Philippe a par ailleurs confirmé la nomination d'un médiateur dans le dossier de Notre-Dame-des-Landes et promis d'aller "beaucoup plus loin" dans le texte sur la moralisation de la vie publique attendu avant les législatives, précisant toutefois préférer "les règles claires plutôt que l'inquisition".

Dans un proche avenir, l'agenda présidentiel prévoit une visite de M. Macron auprès des troupes françaises au Mali, probablement vendredi, un déjeuner le 25 mai avec le président américain Donald Trump en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles, avant le sommet du G7 en Sicile les 26 et 27. Le Maire, Darmanin et le Premier ministre lui-même), quatre du Parti socialiste (MM.

"C'est un nouveau premier ministre, transitoire, qui ne donne pas une nouvelle majorité gouvernementale".

Enfin, 20% des Français interrogés souhaitent que La République En Marche "dispose d'une majorité relative" et "s'allie avec le centre-gauche pour gouverner". Pour autant, il y a eu un message.

Le documentaire Edouard mon pote de droite, à voir ce mardi 16 mai à 23h10 sur France 3.

La sortie du prochain livre de Nicolas Hulot annulée ?
Mais sa récente nomination au poste de Ministre d'État, Ministre de la transition écologique et solidaire, a changé la donne. Selon Reuters, le livre devrait donc sortir avec un autre préfacier.

Législatives 2017 : Manuel Valls sera candidat En Marche ! dans l'Essonne
Valls décide de se proposer, nous aurons à choisir si nous maintenons cette candidate ou pas ". Au sein du Parti socialiste aussi, ce ralliement risque de susciter des remous.

Cannes : La robe d'une ministre représentant Al Qods suscite la polémique
La robe ressemble néanmoins plus à une déclaration politique forte qu'à une ode à la beauté de la ville. D'autres se sont davantage préoccupés de mode que de message.

Alain Juppé a aussitôt salué sa nomination, jugeant qu'il avait "toutes les qualités" pour le poste, tout en réaffirmant son soutien aux candidats de droite aux législatives. Edouard Philippe a d'abord critiqué le leader d'en Marche avant d'être nommé son premier ministre.

La présidente du Front national Marine Le Pen a vu dans la désignation d'Édouard Philippe la confirmation de "l'existence d'un système UMPS que l'on peut rebaptiser LREM".

Dans la foulée de la nomination de M. Philippe, vingt-huit personnalités de droite ont signé un communiqué commun appelant à saisir "la main tendue par le président de la République", parmi lesquels des élus juppéistes (Benoist Apparu, Fabienne Keller.) ou lemairistes (Arnaud Robinet, Delphine Burkli.), rejoints par Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Louis Borloo. On verra quand il en livrera les détails.

Autres nominations médiatiques à forte portée symbolique: celle de la championne d'escrime (médaille d'or aux JO de 1996) Laura Flessel qui devient ministre des Sports et celle de l'éditrice Françoise Nyssen, patronne d'Actes Sud, au ministère de la Culture.

"Quand une chose est tranchée dans le cadre de la collégialité, elle doit devenir la règle et elle appelle la solidarité collective", a insisté Emmanuel Macron qui, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée sous le quinquennat Hollande, était aux premières loges pour mesurer les effets des cafouillages gouvernementaux. Dans sa première déclaration d'intérêts en 2014, disponible sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, il n'avait pas renseigné le montant de ses revenus de maire et président de la communauté d'agglomération havraise, ni ceux perçus comme avocat, expliquant pour cette activité privée "ne pas être certain de comprendre la question".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL