Où en est-on — Trump et Israël

Aubin Brasseur
Mai 19, 2017

Alors qu'il était fraîchement désigné par Donald Trump en décembre, David Friedman avait dit souhaiter mener sa mission "dans la capitale éternelle d'Israël, Jérusalem", mais il devra finalement élire domicile à Tel-Aviv.

Au lendemain des premiers rapports des médias américains faisant état des divulgations par Trump à Lavrov d'informations hautement classifiées et provenant d'un partenaire des Etats-Unis, le président américain et le Premier ministre israélien se sont parlé par téléphone mardi pendant une vingtaine de minutes. Ce souhait se heurte à l'opposition de nombreux alliés des Etats-Unis, car les Palestiniens revendiquent la partie orientale de la ville comme la capitale d'un futur Etat.

Les Palestiniens et les pays arabes ont mis en garde contre le potentiel explosif d'un tel transfert. Et c'est en se réfugiant derrière l'argument des " menaces contre la sécurité nationale ou les intérêts américains " que le président américain peut légalement renoncer à sa promesse électrorale et à la volonté du Congrès concernant un transfert de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

Le cabinet de M. Netanyahu a vivement réagi lundi au tweet d'un journaliste de la chaîne américaine Fox News affirmant que M. Netanyahu avait demandé à M. Trump de ne pas toucher à la représentation diplomatique pour le moment.

Exemple: "Déjeuner à la Maison Blanche: le PM a été interrogé sur l'ambassade et a répondu que (le déménagement) ne produirait pas le bain de sang régional avec lequel certains essaient de faire peur" à M. Trump.

Hulot sur la ligne Macron
Reste à voir si ce décisif rendez-vous législatif conférera, ou pas, une majorité à Emmanuel Macron. D'abord, le nouveau ministre de la Transition écologique a obtenu un ministère d'État.

France: le nouveau président Emmanuel Macron entre à l'Élysée
Laurent Fabius a souhaité à Emmanuel Macron d'"apaiser les colères, de réparer les doutes, d'incarner l'espoir". Les deux hommes se sont ensuite entretenus pendant plus d'une heure dans le bureau présidentiel.

" "Poutine " prêt à fournir l'enregistrement " de l'échange Trump-Lavrov
Le président aurait notamment révélé la ville du territoire de Daech où les renseignements ont été obtenus. Lavrov s'exprime sur cette question depuis sa rencontre avec M.

Auprès du mur, lieu de prière le plus sacré pour les juifs, des membres de l'équipe américaine auraient chassé des officiels israéliens en leur disant qu'ils ne pouvaient s'afficher avec eux sur le site. Il n'a jamais caché sa sympathie pour le mouvement des colons israéliens et la première chose qu'il a faite en arrivant, avant même de présenter ses lettres de créance au président israélien, a été de se rendre publiquement prier au mur des Lamentations.

Il rencontrera des fonctionnaires au bureau du Premier ministre à Jérusalem, ainsi que le secrétaire général de l'OLP, Saeb Erekat, et le chef du renseignement palestinien, Majid Faraj à Ramallah. Israël est "persuadé que cette déclaration est contraire à la politique du président Trump" et a "pris contact avec les Etats-Unis sur la question", a-t-il dit.

Partisan déclaré de la colonisation israélienne, il s'était aussi prononcé pour un transfert de l'ambassade.

"Cette initiative est en ligne avec les relations de plus en plus tenues mais non officielles entre Israël et les pays sunnites dans un contexte de résistance commune face à l'Iran chiite et contre l'Etat Islamique". Quant à M. Trump, "son amour et son engagement en faveur d'Israël sont solides comme le roc", a-t-il dit.

Il a été reçu plus tard par M. Netanyahu qui a vu dans sa visite au mur des Lamentations "un geste de solidarité fort".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL