Premier Conseil des ministres: discours de la méthode et priorités

Aubin Brasseur
Mai 19, 2017

Il y a cinq ministres issus du centre et de la droite: trois centristes du Modem - François Bayrou (Justice), Sylvie Goulard (Armées) et Marielle de Sarnez (Affaires européennes) - et deux issus du parti de droite Les Républicains (LR): Bruno Le Maire (Economie) et Gérald Darmanin (Action et comptes publics). L'ex-animateur vedette d'Ushuaïa, désormais ministre de la Transition écologique qui, sollicité par Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, n'avait jamais accepté jusque-là d'entrer dans un gouvernement, constitue l'une des prises majeures d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a "fixé la feuille de route du gouvernement à long terme" car "le gouvernement a vocation à durer", a-t-il également souligné.

"Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a-t-il martelé.

Emmanuel Macron a aussi expliqué aux ministres que le chef de l'Etat devait fixer la stratégie, donner le cap et tenir l'équilibre des institutions et que le Premier ministre devait arbitrer. Le Président a souligné que chacun avait "des parcours différents, des opinions différentes, des analyses qui peuvent être différentes mais, en même temps, quand une chose est tranchée dans le cadre de la collégialité, elle doit devenir la règle et elle appelle la solidarité collective". Parmi les "règles de bon fonctionnement" a souligné le nouveau chef de l'État figure "d'abord la solidarité nécessaire entre tous les membres du gouvernement" ainsi qu'un "travail collégial".

Ce gouvernement est "évidemment bâti pour durer" au-delà des législatives, a assuré Edouard Philippe jeudi sur France Inter.

Les bureaux de vote sont ouverts — Présidentielle en Iran
Ce vendredi, 56 millions d'Iraniens sont appelés aux urnes pour élire leur président. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

BREF-Orange négocie la prise de contrôle de Business & Decision
Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Copyright 2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF.

L'avenir s'assombrit pour Donald Trump — États-Unis
Trump, "il est assez évident que je ferais plus confiance au directeur Comey", a-t-il lâché. Au Congrès américain, le sentiment oscillait entre lassitude, exaspération et stupéfaction.

Emmanuel Macron "m'impressionne par sa capacité à avoir immédiatement saisi les habits du président de la République". Telle est le titre d'une tribune publiée dans plusieurs quotidiens français, dont Le Monde et Libération, afin de protester contre l'organisation de la communication du nouveau président de la République, et notamment sur le choix des journalistes autorisés à l'accompagner lors de son premier déplacement au Mali ce vendredi.

En outre, Christophe Castaner est revenu sur la méthode de la présidence Macron. Exceptionnellement aussi, les membres du gouvernement retrouvent leur... Christophe Castaner s'est vu accusé de vouloir "verrouiller la communication'", ce qu'il a nié, et a dû faire face à une rafale de questions critiques.

"J'imposerai le renouveau dans l'équipe gouvernementale", avait averti Emmanuel Macron fin mars.

L'Élysée version Macron limite pour l'instant au maximum les contacts avec les médias, veut choisir les journalistes qui suivent le président et a tenu jeudi la presse à l'écart des nouveaux ministres, des pratiques aux antipodes de l'ère Hollande qui inquiètent les médias.

Evoquant la constitution du gouvernement annoncé mercredi, le nouveau président a déclaré qu'une politique industrielle ne pouvait être moderne si elle ne prenait pas en compte les enjeux d'écologie, une allusion à la nomination de Nicolas Hulot. Depuis, il avait déjà préparé l'opinion à une exception, celle de Jean-Yves Le Drian.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL