Trump dénonce "la plus grande chasse aux sorcières" de l'histoire américaine

Aubin Brasseur
Мая 19, 2017

Donald Trump a dit accueillir "avec respect" la décision du procureur général adjoint Rod Rosenstein de nommer l'ancien directeur de la police fédérale américaine (FBI) Robert Mueller comme procureur spécial pour superviser une enquête fédérale sur la possible collusion entre la Russie et l'organisation électorale du président durant l'élection de 2016.

Robert Mueller a autrefois été le grand patron du FBI entre 2001 et 2013, sous George W. Bush puis Barack Obama. Elle soupçonne le président de tentative d'entrave à la justice.

Il a ensuite ajouté que même "ses ennemis le reconnaissent".

"Bob était un bon procureur fédéral, un grand directeur du FBI et on ne pourrait pas trouver de meilleure personne pour assumer cette fonction", a déclaré la sénatrice démocrate Dianne Feinstein. "Un choix excellent" pour la sénatrice républicaine Susan Collins. Il ne peut être démis que pour faute grave.

A la veille de son départ pour son premier voyage à l'étranger, qui le mènera, dans cinq pays en huit jours seulement, le 45e président des Etats-Unis sait qu'il est dans une position très inconfortable et que l'affaire russe continuera à faire la une des médias américains dans les semaines et les mois à venir.

Les élus démocrates du Congrès ont crié victoire. Détail accablant: James Comey a relaté cette conversation dans une note écrite, citée par le quotidien "C'est quelqu'un de bien".

Читайте также: Macky Sall va rallier Ryad en fin de soirée

M. Comey a été invité à s'expliquer lors d'auditions publiques au Congrès mais n'avait pas encore accepté mercredi soir.

Le New York Times a cité mardi un mémo confidentiel attribué à M. Comey, indiquant que M. Trump lui avait demandé de "laisser tomber" l'enquête sur son ancien conseiller à la sécurité nationale.

"Aucun homme politique dans l'histoire, et je dis cela avec beaucoup d'assurance, n'a été traité plus injustement", avait-il lancé lors d'un discours devant l'École des gardes-côtes.

À ces événements s'ajoutait une affaire distincte, reflétant selon les détracteurs de l'homme d'affaires son incapacité à exercer la fonction suprême.

Il a également déclenché la consternation parmi les élus et les milieux du renseignement en partageant des informations secrètes sur un projet d'opération du groupe Etat islamique avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, la semaine dernière, dans le Bureau ovale.

Parce que les affaires " russes " s'accumulent autour du chef de l'État.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2017 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Autres rapports

Discuter de cet article