Voici à quoi a ressemblé le premier conseil des ministres — Macron-Philippe

Henri Michaux
Mai 19, 2017

Le gouvernement dirigé par Edouard Philippe (Les Républicains) compte également quatre secrétaires d'Etat rattachés à Matignon. Le nouveau gouvernement, dévoilé ce mercredi 17 mai, a tenu une promesse essentielle de la campagne d'Emmanuel Macron: que les hommes soient représentés autant que les femmes et vice-versa. Le "long terme" au Président, qui doit "fixer la stratégie", "donner un cap, un sens", préserver "les équilibres de nos institutions".

Le président, toujours selon Christophe Castaner, a achevé son intervention liminaire par "une invitation: ne changez pas!". Parmi les chantiers prioritaires: la réforme du droit du travail, les réformes de l'Éducation nationale avant la rentrée, la loi de moralisation de la vie publique, la préparation du budget, l'amélioration du renseignement, la simplification de la vie administrative et en particulier le droit à l'erreur.

Moins d'une semaine après son investiture, 46% des personnes interrogées disent ne pas faire confiance au nouveau chef de l'Etat pour affronter les problèmes du pays. Chacun 'a des parcours différents, des opinions différentes, des analyses qui peuvent être différentes. Le composition du premier gouvernement du quinquennat d'Emmanuel Macron est désormais connue.

Le nouveau chef de l'État français, le centriste pro-européen Emmanuel Macron, a présidé jeudi son premier Conseil des ministres, au lendemain de la composition d'un gouvernement politiquement panaché, qu'il a pressé de fonctionner dans la "solidarité".

Pour le premier Gouvernement Édouard Philippe, une ancienne escrimeuse, championne olympique, Laura Flessel, a été nommée ministre des Sports. Sa cote de confiance est nettement plus basse que celles de ses prédécesseurs après leur investiture.

Au coeur du premier Conseil des ministres
Le gouvernement, a-t-il aussi assuré, est "évidemment bâti pour durer " au-delà des législatives. Nicolas Hulot , sans cravate, a attiré également la lumière des projecteurs.

Avant les législatives, l'hémorragie des élus LR vers le camp Macron s'amplifie
Philippe à Matignon constitue un sérieux revers pour la droite, déjà éprouvée par sa cinglante défaite au premier tour de la présidentielle.

Où en est-on — Trump et Israël
Netanyahu a vivement réagi lundi au tweet d'un journaliste de la chaîne américaine Fox News affirmant que M. Les Palestiniens et les pays arabes ont mis en garde contre le potentiel explosif d'un tel transfert.

Le président de la République a également exigé des ministres qu'ils soutiennent les candidats de la majorité présidentielle pour les élections législatives.

L'ancien animateur de télévision et figure de l'écologie Nicolas Hulot, 62 ans, qui avait jusqu'à présent refusé d'intégrer un gouvernement - de droite comme de gauche-, a franchi le pas et devient ministre de la "Transition écologique et solidaire".

"Emmanuel Macron, c'est l'homme sans projet parce que c'est l'homme sans conviction", avait souligné le député LR, qui avait proposé durant la primaire la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires, là où Macron veut en supprimer 120.000, ainsi qu'une baisse de la CSG, que le président souhaite augmenter. Et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé qu'il irait "dès lundi matin" à Berlin pour évoquer l'avenir de la construction européenne avec le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble.

S'il est resserré, ce premier gouvernement de l'ère Macron compte davantage de ministres que le premier gouvernement Fillon. Christophe Castaner explique que pour des raisons de sécurité, des journalistes ont ainsi été choisis. Un peu avant onze heures, les ministres sont arrivés en voiture, un par un, à l'exception de Gérard Collomb - le nouveau locataire de la place Beauvau, située à quelques mètres seulement de l'Elysée - qui a traversé la cour du palais à pieds, sous les flashs des journalistes. Parmi les politiques présents, seuls quatre - François Bayrou, Bruno Le Maire, Jean-Yves le Drian et Gérald Darmanin - ont déjà été ministres.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL