141 morts dans des affrontements entre l'armée et une milice — Libye

Vanessa Beaulieu
Mai 20, 2017

Parmi eux figuraient 103 soldats d'un groupe armé, la 12e Brigade, affilié à l'ANL, a déclaré vendredi Ahmed al Mismari.

Des affrontements opposant les forces armées et une milice rivale dans une base aérienne du sud de la Libye ont fait 141 morts, a révélé vendredi un porte-parole de l'armée, Ahmad Al-Mimari.

Selon les médias locaux, le carnage a été perpétré par la Troisième Force, un groupe armé de la ville de Misrata, loyal au Gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par les Nations unies.

"Je suis indigné par des informations sur un nombre important de morts, y compris des civils, et des rapports selon lesquels des exécutions sommaires auraient pu avoir lieu", a réagi l'émissaire de l'ONU en Libye, Martin Kobler.

La base de Brak al-Shati se situe à 650 km au sud de Tripoli, dans une région désertique et marginalisée.

"Bien sûr que ça fait mal !" — Motta
Avez-vous une une petite anecdote sur vos 5 ans au PSG? Il a ses envies, mais il doit être confortable sur le terrain. Au Paris Saint-Germain depuis l'hiver 2012, Maxwell a fait les beaux jours du club sur son aile gauche.

Trump a "le droit d'informer" Moscou
Le général McMaster, qui dirige le Conseil de Sécurité Nationale, estime que l'histoire telle qu'elle a été rédigée est fausse . Interrogé sur les révélations du Washington Post , le conseiller à la sécurité nationale de Trump , H.R.

Trump défend son "droit absolu" à partager des informations avec la Russie
"L'histoire, telle qu'elle a été rédigée, est fausse", a fustigé le général H.R. McMaster, qui dirige le Conseil de sécurité nationale et a assisté à la réunion.

Homme fort de l'est libyen, le maréchal Haftar est appuyé par le Parlement élu basé à Tobrouk (est), hostile comme lui au GNA issu d'un accord interlibyen signé fin 2015 au Maroc sous l'égide de l'ONU. Selon l'ONG Human Rights Watch, qui s'appuie sur des témoignages, cité par le journal Al Hayat, " des dizaines de militaires de l'armée de (Haftar) ont été tués dans l'attaque dont certain d'une balle dans la tête dans ce qui semble être des exécutions sans jugement ".

Lors d'une rencontre début mai, Khalifa Haftar et le chef du gouvernement libyen reconnu par l'Onu, Fayez Seraj, ont promis de s'employer à apaiser la situation dans le Sud libyen. Pour le maréchal Haftar, qui contrôle déjà toute la partie Est du pays, l'enjeu est d'étendre son emprise également sur le Sud de la Libye. Il a dénoncé "une violation grave de l'accord de trêve conclu à Abou Dhabi" entre M. Sarraj et le maréchal Haftar.

"M. Saleh a indiqué avoir donné ses directives aux forces armées afin qu'elles prennent les mesures nécessaires pour riposter à cette offensive et à défendre le Sud et le nettoyer de toutes les milices hors-la-loi".

Le GNA a appelé de son côté à un cessez-le-feu "immédiat" dans le sud: "nous avons toujours l'espoir que la raison l'emporte et que s'arrêtent l'escalade et la provocation".

D'autres violences ont ensanglanté la Libye. Six personnes ont été tuées et 18 blessées.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL