La France à l'ère du parti unique — L'opposition française écrasée

Vanessa Beaulieu
Juin 16, 2017

Selon les projections par sièges, REM et son allié du MoDem raviraient dimanche prochain entre 400 et 455 des 577 sièges de l'Assemblée nationale, largement au-dessus de la majorité absolue (289 élus). Depuis 1981, la majorité a toujours été franche à l'Assemblée nationale, cette fois-ci elle s'annonce écrasante.

Dans le Doubs se déroulera un duel REM/socialiste. Seuls Les Républicains et l'UDI surnagent, à la différence du Parti socialiste, qui sombre.

Tous les autres partis sont en recul. "Un vote pour des réformes", a tweeté le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert.

Son parti La République en marche arrivait largement en tête du premier tour avec 32,2 à 32,9% des voix, devant la droite (20,9 à 21,5%) et le Front National, largement distancé (13,1 à 14%), selon les estimations des instituts de sondage à 20h00. A la présidentielle, la dirigeante frontiste avait en effet dépassé les 50% dans 45 circonscriptions au second tour.

En disant "la France est de retour ", le Premier ministre Edouard Philippe s'est engagé à avancer rapidement avec des réformes audacieuses allant de la protection des travailleurs français à la politique de sécurité. Ce scrutin a été marqué par une débâcle historique du PS, un net revers pour la droite et le FN et une abstention record.

Le président français, Emmanuel Macron, élu il y a un mois à peine, est en passe de remporter son pari et d'obtenir une forte majorité parlementaire.

E3 : quelques informations sur le Xbox Game Pass
Si l'on en croit Denis Ceccarelli, le producteur du programme, ce chiffre ne va faire qu'augmenter. Un peu comme Netlix peut le faire avec certains films et séries de son catalogue.

Le prix de Ricardo Pereira connu — Mercato PSG
Mais ils pourraient être contraints à se séparer du joueur de 23 ans, si les ventes d'autres joueurs (Ruben Neves, Danilo) échouent.

Facebook combat le terrorisme avec l'intelligence artificielle
Une publication survenue moins de 24 heures après une rencontre entre Emmanuel Macron et Theresa May au sujet de la menace terroriste .

Aujourd'hui, le scrutin uninominal majoritaire à deux tours par circonscription (loi du 11 juillet 1986, modifiée notamment par le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010) offre une prime au parti arrivé en tête.

Mis à part dans le Sud-Est et, dans une moindre mesure, le Nord, les aspirants députés étiquetés aux couleurs du président repeignent la France aux couleurs de leur champion. Plusieurs anciens ministres du quinquennat précédent ont été battus, à l'image du candidat socialiste pour la présidentielle, Benoît Hamon, et du premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis.

Les Républicains et leurs alliés seraient la première force d'opposition, avec une centaine de députés, devant La France insoumise et le Parti communiste, puis le Front national et enfin le Parti socialiste et ses alliés. C'est 'une déception', a reconnu son vice-président Florian Philippot: la barre des quinze députés pour former un groupe avait longtemps constitué un objectif minimal. La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon obtiendrait 10 à 23 fauteuils, PCF inclus. En cause, le taux record d'abstention de 50,2%, selon les estimations.

"Ce soir rien n'est acquis", a pris soin de souligner dimanche soir la présidente par intérim de REM Catherine Barbaroux, en soulignant que la "faible participation doit plus que jamais nous inviter à poursuivre nos efforts pour renforcer l'engagement citoyen qui est au coeur du projet de la République en marche et même à l'origine de sa construction".

Leur manque de notoriété ou d'expérience semble être compensé par la popularité du nouveau président français. Premiers pas sur la scène internationale jugés réussis, confiance des investisseurs.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL