Un enfant de 2 ans tue par balle une fillette de 7 ans — Etats-Unis

Vanessa Beaulieu
Juin 16, 2017

Les autorités américaines ont annoncé jeudi l'inculpation d'un homme qui avait laissé traîner dans un appartement une arme de poing, dont s'est saisi un bambin de 2 ans qui a mortellement blessé sa cousine âgée de 7 ans.

Anthony Sanders, repris de justice de 27 ans, attend depuis jeudi de se voir signifier son chef d'inculpation par un juge américain.

Un petit garçon âgé de deux ans a abattu sa cousine de sept ans avec une arme à feu, le 6 juin dernier à Nashville (États-Unis).

Résumé Conférence Nintendo Spotlight E3 2017
A la place se tenait à 18h (heure française) un Nintendo Spotlight diffusé en direct, assailli par de très nombreux curieux. De quoi préparer tranquillement la sortie de Pokken Tournament DX , qui arrivera le 22 septembre sur Nintendo Switch .

La Fed revoit ses taux d'intérêts directeurs à la hausse
Ils influencent en effet les prêts immobiliers, les prêts à la consommation et les intérêts sur les cartes de crédit. La banque centrale maintient en revanche inchangée sa prévision pour l'année prochaine (2,1%).

États-Unis : l'ex-patron du FBI charge Donald Trump et son administration
Comey laissant à son avocat personnel le soin de communiquer. Comey de mettre fin à une quelconque enquête. Il a détaillé la demande de M.

Il risque dix ans de prison. Les policiers qui l'ont arrêté mercredi lui reprochent d'avoir apporté son arme de poing dans l'appartement où s'est produit le drame.

Alors que cinq enfants au moins se trouvaient dans l'appartement, Anthony Sanders était sorti de l'habitation après y avoir dormi.

" Un nouvel enfant innocent est mort parce que l'accusé, un criminel condamné à qui il a été interdit de posséder une arme à feu, a choisi d'ignorer la loi et de s'armer avec des pistolets, déplore le procureur Jack Smith". De tels accidents absurdes, qui illustrent le péril de la prolifération des armes à feu, ne sont pas rares en Amérique. Cette affaire avait choqué l'opinion publique américaine et suscitée la consternation au-delà des frontières des États-Unis. Mais cela n'avait pas conduit à un durcissement des lois, malgré la volonté de Barack Obama, alors président.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL